Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2009 > 133 - Septembre 2009 > 133.7 - A la découverte des canyons Corses

133.7 - A la découverte des canyons Corses

Stéphane Noll

Participants : Emmanuel BELUT, Régis AUBERTEIN, Stéphane NOLL.


Quelques canyons, dont certains mythiques, ont été parcourus durant cet été. Nous commençons tout d’abord par la célèbre descente du Monté Tignoso. Canyon le plus sauvage de l’île et de loin le plus isolé car après une marche d’accès d’environ 3 heures, nous entrons dans le vif du sujet. Le niveau d’eau est appréciable et les vasques émeraudes. Deux beaux encaissements rythment notre parcours. Les sauts s’enchaînent naturellement. Mais la difficulté et l’aspect technique restent décevants.




Le canyon est prévu d’être parcouru en 2 jours. Nous bivouaquons donc à mi-parcours. Nous entamons la 2eme partie le lendemain au petit matin, avec des cascades qui se jettent dans des vasques profondes. La plus haute cascade fait 50 m. L’engagement est total. Nous mettrons environ 6 heures pour regagner notre véhicule, et cela en plein maquis.

La descente suivante est le Ravin de la Purcaraccia. Une des plus belles descentes de l’île. A la fois ludique et très esthétique, cette descente reste un terrain de jeu qui ne peut nous laisser de marbre. Glisser sur des toboggans de granite blanc de plus de 8 m de long, n’est pas monnaie courante.



Le Canyon de buccatoggio sera le programme du jour suivant. C’est une petite descente sans prétention qui nous a permis de réviser et mettre au point quelques techniques, pour affronter de manière aisée la fameuse descente de Piscia di gallu, un des musts des descentes corses. Cette cascade est mise au jour par Nicolas Hulot en 1996 lors de son émission USHUAIA. Le site est devenu un lieu touristique. Un barrage situé en amont de la descente, régule le débit qui reste toujours conséquent. Il alimente en effet la ville de Porto Vecchio en eau potable. L’estimation du débit est environ 250 l/s. Cette descente est technique, esthétique, engagée, mais courte : deux heures de descente. La cascade finale reste majestueuse du haut de ses 55 m. Sensations garanties !!

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0