Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2000 > 20 - Avril 2000 > 20.1 - Attention... danger de mort !

20.1 - Attention... danger de mort !

Communication de Georges MARBACH

On croyait jusqu’à présent que les cordes pouvaient séjourner très longtemps sous terre sans dommage. Je l’avais d’ailleurs écrit sans l’ombre d’une hésitation dans la version de 1981 de Techniques de la Spéléologie Alpine. Eh bien c’est faux !

Fin décembre un spéléologue de l’Isère faisait une chute de 10 mètres (dont il se tirait par miracle avec « seulement » quelques fractures) en remontant aux bloqueurs sous terre sur une corde de montagne dont c’était seulement la troisième utilisation (oui... 3 utilisations !) mais qui avait séjourné 7 ans dans le réseau... Cette corde dynamique avait été posée en décembre pour équiper un puits en première, après épuisement des cordes statiques. Rupture pleine corde au second équipier en l’absence de tout frottement et de tout choc !

J’ai fait tester cette corde en laboratoire ainsi qu’une corde spéléo d’un diamètre de 10,5 mm ayant également séjourné 7 ans dans le même réseau, mais qui avait subi, elle, des centaines de passages. Résultats : la corde dynamique quasi neuve a perdu 73 % de sa résistance traction (407 daN pour 1 530 neuve, d’où la rupture). La corde statique en a perdu 65 % (1 044 daN pour 2 962 neuve). Les chiffres obtenus sont la moyenne de 3 mesures effectuées sur un des deux bouts de la corde récupérée. Ils témoignent de la profonde dégradation de la corde et de l’effondrement du coefficient de sécurité, mais il ne faut pas les prendre au pied de la lettre. De multiples facteurs ont pu altérer spécifiquement la corde au point de rupture. Je n’en fais pas état, car ce ne serait que pure spéculation de ma part. Cette perte considérable est indépendante du taux d’utilisation de la corde et de ses conditions de stockage (lovée ou en place). Elle semble imputable aux 100 % d’humidité régnant sous terre. Testées en dynamique, les deux cordes se sont rompues au premier choc Il s’agit d’un phénomène qui n’avait jamais été mis en évidence auparavant, faute d’accident... La résistance traction des cordes spéléo « classiques » étant élevée au départ, il en reste et c’est tant mieux.

Les premières conclusions sont que 7 ans c’est déjà « trop » vieux si l’on s’en tient au conseil des fabricants (5 ans maxi). Cette durée de vie est probablement assez fortement minimisée, on le sait bien, mais bien sûr ils doivent (et c’est normal) se protéger car leur responsabilité peut être mise en cause... Les cordes s’usent même sans servir, même gardées au sec sur leur rouleau d’origine. Bien entendu moins vite qu’en utilisation sur le terrain, mais elles vieillissent quand même, suivant en cela les lois incontournables de la chimie des polymères.

L’important à ce stade c’est, je crois, de prendre conscience du problème et de relayer l’information.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0