Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2011 > 149 - Janvier 2011 > 149.1 - Camp spéléo dans le Pays de Galles, 1ère partie

149.1 - Camp spéléo dans le Pays de Galles, 1ère partie

Sabine Vejux

En septembre 2009, Martial et Cécile proposent un camp spéléo au Pays de Galles. Cette initiative est une idée de Cécile qui s’y était déjà rendue en novembre 2005 pour une petite durée. La période est finalement fixée du 24 juillet au 8 août 2010 avec, au programme, spéléologie, randonnée sur un ou plusieurs jours et visites touristiques.

Participants :

·  Roel AERTS – 3W (Belgique)

·  Benjamin ARMAND - Spéléo-club aubois

·  Maud BORGNIAT - Spéléo-club aubois

·  Martial MARTIN, organisateur - USAN

·  Cécile VAN MIEGHEM - 3W (Belgique)

·  Sabine VÉJUX-MARTIN - USAN

·  Denis WELLENS - 3W (Belgique)

Certains décidèrent de partir une semaine plus tôt dans le but de profiter du pays. Martial et Cécile partirent le vendredi 16 juillet et moi, je décidai de rejoindre Denis à Bruxelles le dimanche 18 juillet dans la soirée pour partir le lendemain aux aurores.

Lundi 19 juillet 2010

Pour notre premier jour de vacances, Denis, Martial, Cécile et moi avions rendez-vous à Chepstow dans l’après-midi chez John et Chris, des amis spéléos gallois de Denis, qui nous ont très bien accueillis dans leur petite maison typique galloise. Après un échange de quelques mots afin de faire les présentations, nous voici installés pour un apéritif dans leur jardin. Mais pas de temps à perdre, il nous faut déjà aller faire des courses car une randonnée sur plusieurs jours nous attend le lendemain. Chris, la femme de John, se joint à nous pour nous guider au supermarché et nous aider à faire nos emplettes. Pendant ce temps, John prépare un barbecue. Nous terminons la soirée à parler de spéléo dans leur salon jusqu’à minuit, heure anglaise (Martial et moi, essayons de comprendre et également de nous faire comprendre). Nous dormons également chez eux pour notre première nuit, Denis dans le salon (ce qui déplut au chat de John un peu mécontent en voyant un étranger s’installer à côté de son panier), moi dans une des chambres de leurs filles et Martial et Cécile dans leur camping-car.

Mardi 20 juillet 2010

Réveil vers 8 heures pour tout le monde. John nous a préparé un petit déjeuner anglais avec, au menu, lait, café, jus de fruits, céréales, beurre, confiture. Rien de spécial dirons-nous, mais à ceux-ci s’ajoutent les œufs et le bacon... Nous quittons avec un certain regret John et Chris vers 9 heures car nous avons encore de la route et l’organisation de la randonnée à faire. La première halte se fait à Saint Davids, point de départ de la randonnée. Avant d’installer Denis dans un camping, il nous faut trouver une carte de randonnée et trouver de beaux chemins car notre but est de longer la côte. C’est à l’office de tourisme de Saint Davids que nous trouvons notre bonheur. L’heure passe, il est déjà 13h30 et nous n’avons pas mangé. Une petite collation s’impose avant notre départ puis nous préparons les sacs à dos. Finalement Denis aura le privilège de s’installer dans le camping-car de Martial.

Départ de la randonnée à 16 heures du camping. Nous marchons jusqu’à 21 heures. L’endroit où nous nous installons est magnifique. Nous dominons 3 petites îles au loin. Et notre premier repas à la sauvage se fait sous un magnifique coucher de soleil sans oublier le cri des mouettes. Une fois les tentes installées, nous nous couchons assez vite car une grande journée de marche nous attend le lendemain.

Mercredi 21 juillet 2010

Lever vers 7h30 sous un beau soleil. Petit déjeuner bien français et rangement du camp. Nous voici partis pour une grande journée de marche mais avant de l’entreprendre, il nous faut trouver de l’eau. Sur le chemin, nous apercevons au loin une belle plage où Cécile décide de faire une petite baignade. Très courageuse notre Cécile qui n’hésite pas à défier les vagues ! Martial reste au bord sans y tremper un seul orteil, tandis que moi, j’ai quand même le courage d’y mettre les pieds. Après ce petit arrêt, nous voici repartis non pas vers d’autres plages mais pour notre randonnée et pour remplir les bouteilles. Nous marchons jusqu’à 13 heures. Les beaux paysages n’en finissent pas et les photos défilent également sans oublier le soleil qui est toujours avec nous. À 13h30, nous entamons notre deuxième marche. Le but de ce jour est de camper à Trefin. Vers 18 heures nous quittons les côtes pour traverser un petit village en fête du nom de Portgain. Et après l’effort, le réconfort : nous voici installés à la terrasse d’un petit café en train de déguster des bières et du cidre pour Martial et Cécile et moi, un coca-cola. Après une bonne heure de pose, nous voici repartis pour Trefin que nous dépassons pour choisir un endroit très joli pour notre campement. Ce dernier repas à la sauvage ne se termine pas par un coucher de soleil car le ciel est un peu voilé mais le bruit des vagues et des mouettes nous accompagne jusqu’à notre coucher.

è 

Jeudi 22 juillet 2010

Lever vers 8h30 et départ pour cette dernière journée vers 9h30. Sur la carte nous repérons un endroit qui nous attire bien, surtout Martial. Il aimerait aller jusqu’à un phare se situant à Ynys Meicel. Mais le projet est un peu ambitieux pour une journée. Il nous aurait fallu encore une bonne journée de marche. Mais ne voulant pas laisser Denis encore une journée tout seul, nous décidons de terminer notre randonnée entre Pont Farw et Granston où un moulin à laine de mouton sera notre destination finale.

Après avoir trouvé du réseau téléphonique, nous appelons notre chauffeur, Denis, qui nous retrouve vers 16 heures à un croisement vers Pen Y Bryn. Au total, nous avons parcouru 50 kilomètres.

Pendant notre randonnée, Denis a visité quelques plages et profiter du camping-car pour séduire une hollandaise qui était installée sur l’emplacement d’à-côté. Nous décidons de rester au camping pour la nuit. Après une bonne douche, un bon repas et une bonne soirée à discuter sur tout et sur rien, nous partons nous coucher vers minuit avec de belles images dans la tête.

Vendredi 23 juillet 2010

Lever à 8h30. Cette journée sera moins sportive. Et notre refuge nous attend à Penwyllt. Celui-ci, est destiné aux spéléos et l’intérieur le prouve. De très belles photos agrémentent les pièces principales. Avant d’aller au refuge Denis et moi passons chercher Roel à la gare de Swansea. Martial et Cécile partent de leur côté pour aller repérer quelques siphons et faire des courses. Arrivée de Maud et Benjamin vers 17 heures : notre équipe est donc maintenant au grand complet. Notre repas convivial se termine vers 22h30.

Samedi 24 juillet 2010

Lever pour Denis vers 7 heures. Pour Martial, Cécile, Roel et moi, le lever se fait vers 8h30 et pour Benjamin et Maud, ils se réveilleront vers 10 heures. Le programme se met tout doucement en place. Martial, Cécile, Roel et Denis partiront faire un petit tour sous terre après avoir nettoyé le refuge dans l’après-midi. Ils veulent visiter une petite partie de Ogof Ffynnon Ddu (entrés à 15 heures ils sortent à 18 heures).

Benjamin, Maud et moi partons visiter quelques lacs.

Les choses sérieuses commenceront pendant la deuxième semaine de notre séjour. Des spéléos gallois nous emmènent sous terre mercredi, jeudi, samedi et dimanche. Nous allons donc profiter encore du paysage gallois. Notre équipe se couche assez tard pour certains car une autre randonnée sur plusieurs jours, toujours sur les côtes, se prépare pour Benjamin, Maud et moi pendant que Cécile et Martial préparent une autre randonnée aux alentours du refuge.

Dimanche 25 juillet 2010

Réveil pour l’équipe de Benjamin à 6 heures et non 7 heures comme prévu car notre super Benji s’est trompé en mettant le réveil. Les filles déjeunent pendant que le seul homme de l’équipe prépare la bouffe pour 3 jours. Ensuite, c’est au tour de l’homme de déjeuner pendant que les filles préparent leurs sacs à dos. Le départ du refuge se fait vers 8 heures, ce qui n’est pas plus mal car on a 2 heures de route. Nous partons du port de Fishguard où nous laissons la voiture. Le but de cette randonnée est de se rendre jusqu’à Abercastle et de reprendre un bus pour retourner au point de départ. Un petit détour à l’office du tourisme s’impose donc pour avoir les horaires des bus et connaître la météo.

Pour notre premier jour de randonnée, nous plantons la tente à Ynys Onnen juste après le phare où, au loin, les touristes ainsi que les habitants du coin peuvent observer à la jumelle les dauphins. N’ayant pas de jumelles nous n’avons pu assister à ce spectacle mais cette journée restera mémorable car nous avons pu voir des otaries se faire bronzer sur un rocher, d’autres nager et certaines faire le bouchon. La seconde équipe partira visiter le sentier des 4 cascades au GeoPark.

è 

Lundi 26 juillet 2010

Pour les randonneurs, le réveil se fait vers 7 heures. Une fois le petit déjeuner avalé et notre campement rangé, nous repartons vers 9 heures. Notre but est d’aller jusqu’à Abercastle et de profiter également des plages. Mais notre première mission sera de trouver de l’eau. Après 2 bonnes heures de marche, nous quittons le sentier et nous trouvons une petite auberge où nous pouvons faire le plein de nos bouteilles. Après quelques bonnes pauses et un beau paysage qui n’en finit pas, nous arrivons à Abercastle vers 18 heures. C’est la fin de cette belle randonnée et nous recherchons l’arrêt de bus. Pour notre dernière nuit sur les côtes, nous plantons la tente entre Abercastle et Trefin.

À deux heures de route, au refuge, Martial, Cécile et Roel partent en spéléo pour aller visiter Pant Mawr Pot. Départ sous terre à 13 heures et retour à 16h30 (marche d’approche de 5 km). Une belle entrée s’ouvre dans les fougères où Martial équipe un puits d’une vingtaine de mètres. La grotte s’ouvre ensuite dans une suite de blocs où se trouvent des galeries avec, pour certaines, de belles concrétions.

Et notre cher Denis est resté au refuge pour se reposer et faire la fée du logis.

Mardi 27 juillet 2010

Pour les randonneurs, c’est le retour au refuge. Mais avant, nous voulons encore profiter des côtes et du paysage. Réveil à 7h30 pour ne pas manquer le bus. Celui-ci est difficile car un vent assez fort nous a empêchés de bien dormir. Une fois le petit déjeuner avalé et le rangement du camp fait, nous voici repartis direction Abercastle, où nous profitons encore du port avant de nous diriger vers l’arrêt de bus. Et en attendant le bus, un golden nous tient compagnie. Le trajet dure 1 heure, mais arrivés à Fishguard nous avons failli louper l’arrêt. Nous n’avions pas compris qu’il fallait demander l’arrêt. Néanmoins le chauffeur a bien voulu nous faire descendre après l’arrêt que l’on a regardé passer sous notre nez d’un air désespéré. Arrivés à la voiture, direction Cardigan pour manger italien, visiter la ville ainsi que le port. Avant de rentrer au refuge nous décidons de nous arrêter à Llangrannog pour manger une bonne glace car, d’après Denis, elles sont succulentes. Et il avait bien raison. Nous arrivons au refuge à 17 heures. Une belle traversée nous attendant le lendemain, nous ne voulions pas rentrer tard. Au programme une bonne douche et une lessive.

Pour ces trois jours de randonnée, le soleil fut au rendez-vous.

Pour notre seconde équipe c’est une journée touristique à Merthyr Tydfil. Ils prennent un petit train pour aller pique-niquer près du lac qui servait de réservoir.

è 

Mercredi 28 juillet 2010

Les choses sérieuses commencent. Lever à 7 heures sous un beau soleil. Une belle traversée nous attend avec notre guide gallois à Ogof Ffynnon Ddu. Même si celui-ci n’arrive au refuge qu’à 10 heures, il nous faut préparer les kits dont un kit secours avec bougies car l’acétylène est interdit sous terre. Martin, notre guide, arrive finalement vers 10h30 et nous réunit dans une pièce pour nous expliquer le parcours qu’il aimerait nous faire découvrir. Le gouffre présente 3 entrées, nous entrerons par l’entrée 2. Départ à 11h20. La marche d’approche ne dure que 5 minutes. Denis nous accompagne jusqu’à l’entrée. Une petite photo de groupe et nous voilà partis pour une belle journée sous terre.

Au départ nous descendons en opposition dans des buses (style aquadrome). Un grand ramping nous permet d’arriver ensuite dans de belles galeries avec quelques concrétions. Nous faisons également quelques détours dont un pour apercevoir une sortie et un autre pour découvrir une très belle coulée blanche appelée par les spéléos gallois « le sentier de neige ». Nous faisons également quelques arrêts pour faire des photos et Martin prend également du temps pour nous raconter deux histoires de secours qui se sont très bien terminées, même si le dernier secours dura près de 24 heures. La suite du parcours se fait en bonne partie dans l’eau. On se croirait dans le Jean-Bernard : de l’eau et une paroi noire avec des rainures blanches. Vers 15 heures, nous profitons d’un petit endroit sec pour manger un petit bout, mais cette pause est très courte car il ne faut pas que l’équipe ait trop froid. Nous continuons toujours dans l’eau avec quelques oppositions difficiles surtout pour les personnes de petite taille. Super-Martial a pensé à tout. Même si pour le guide aucune corde n’était utile, il ne l’avait pas écouté et avait pris une petite nouille de 10 mètres qui nous a bien servi. Une fois les passages difficiles derrière nous, nous terminons le parcours dans des blocs glissants puis une belle galerie qui nous amène à la sortie à 18 heures sous un ciel un peu nuageux et avec l’accueil des moutons. Une dernière petite photo et retour au refuge. T.P.S.T. : 7h40.

Arrivés au refuge, certains prennent leur douche et d’autres un petit apéritif. Au menu du soir, ce sera des restes, ce qui nous permet de souper assez tôt et de profiter d’une soirée près de la cheminée, sauf pour Benjamin et Maud qui préfèrent se coucher pour être bien reposés car une autre nouvelle journée spéléo nous attend.

Jeudi 29 juillet 2010

Aujourd’hui notre guide s’appelle Adrien. Nous allons visiter Ogof Draenen à Bleanavon, village archéologique industriel (des mines de fer et de charbon étaient exploitées mais aujourd’hui il ne reste plus que des musées dont l’entrée est gratuite). Lever à 7h30 car on a rendez-vous à 10 heures. La grotte est à 1 heure de route du refuge. Notre guide arrive à l’heure. Il nous explique son parcours qui durera 6 heures. Nous partons à 6 car Denis ne descendra pas avec nous : il aurait bien aimé faire un bout de chemin avec nous mais le guide n’était pas très chaud pour qu’il ressorte tout seul.

Nous entrons sous terre à 11 heures. Le parcours commence par un petit ramping puis par une belle cheminée dont les blocs sont maintenus par de grosses barres en fer. Nous sommes également très vite trempés par une douchette que nous ne pouvons éviter. Un dernier petit ramping et nous voici face à un puits d’environ 7 mètres que notre guide désescalade en s’aidant d’une corde. Encore une fois, Super-Martial avait raison. Même si le guide trouvait inutile que nous nous embarrassions de nos baudriers, ils nous ont quand même bien servi car sans notre descendeur, nous aurions mis un peu plus de temps. Le guide connaît les prises par cœur, nous non… Nous arrivons ensuite dans une belle salle où nous devons inscrire nos noms pour leurs statistiques. Voyant que l’on était 6 et que la première partie avait pris du temps, Adrien décide de modifier le parcours. Nous ferons juste un aller-retour et non une boucle comme il l’avait prévu. Le reste de notre parcours reste très sportif avec beaucoup de marche dans les blocs et quelques petits détours pour nous montrer quelques excentriques sur les parois. Le guide nous emmène également dans le collecteur, vraiment joli avec très peu de concrétions (peut-être aussi que certaines nous ont échappé car pendant le parcours, nous étions concentrés à regarder où nous mettions les pieds car c’était assez glissant), pendant une heure avant de ressortir. Nous sortons de la grotte à 18 heures. T.P.S.T. : 7h.

Le guide reçoit, de la part des spéléos belges, de la bière et du chocolat en guise de remerciements. Nous mangeons assez tard et la fin de notre repas se termine dans la bonne ambiance comme tous les soirs précédents.

Suite et fin au prochain numéro...

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0