Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2011 > 153 - Mai 2011 > 153.2 - Stage perfectionnement spéléo

153.2 - Stage perfectionnement spéléo

Jean-Michel GUYOT

Amis du Célé, Base du Liauzu, 46330 Orniac du 26 février au 5 mars.

Après l’arrivée des participants et leur installation dans les chambres, tout commence dès le samedi soir à la salle de restauration. Cécile, sur un immense tableau blanc dressé au mur vitré, inscrit les prénoms constituant les groupes et la cavité affectée, pour le lendemain. Et chaque soir ce sera comme ça, et chacun viendra regarder avec qui et où il ira.

Le matin après le petit déjeuner de 8 heures, c’est la course pour aller chercher la topographie, la ruée sur les cordes et le matériel (il n’y en aura pas pour tout le monde), et on se jette sur la bouffe préparée dans des sachets en plastique pour le midi (faut pas perdre de temps). En gros, pour 9h30, c’est le départ en voiture du parking pour des destinations entre 10 minutes et 1 heure du gite des Amis du Célé.

Le Dimanche je vais à l’igue de Mathurin avec Adrien et Pascal comme guides, et Hervé Francis comme coparticipant. On est là pour équiper, et c’est d’emblée que l’on attaque avec la révision de nœuds et la mise en place des amarrages.

Le lundi, départ avec Yoyo dans un épais brouillard et arrivée au grand soleil en 10 minutes à l’igue de Geniès au dessus de la couche cotonneuse. Dans cette cavité aux plafonds très élevés, une centaine de chauve-souris terminent leur sommeil hivernal.

Le mardi, dans l’igue de Saint-Martin fini le train-train... C’est Yoyo et Domy qui gouvernent la sortie. Dans le véhicule bringuebalant de Domy, on longe une route de montagne bordée de murets en pierre. Sur le chemin de terre, Domy passe mon équipement personnel en revue et rectifie quelques points avec des raisons techniques valables. Ils tentent de bousculer l’équipe en poussant les manœuvres, mais je reste imperturbable et concentré dans la mise en place de mes amarrages en tête de puits. C’est moi qui descends en premier, et ça vaut bien une petite attention.

Le mercredi, direction l’igue de l’Aussure avec Fabien. Encore un nerveux que l’on m’a collé. J’ai encore du mal avec la lecture de la grotte et à trouver les bons points d’ancrage. À un moment donné, nous nous retrouvons à trois sur un fractionnement pour laisser passer mon camarade Max qui va poursuivre l’équipement. C’est après, que retrouvé seul sur ce point, je regarde la gueule du nœud que j’ai sous la lumière de mes leds. C’est alors que je prends conscience que cette petite boucle est celle de ma longe. Et je pense à Domy, car je suis sur une seule longe, putain, un seul point, c’est chaud. On descend jusqu’au lac. En remontant, je déséquipe et commence à enkiter la corde. Je retire un mousqueton dont la virole ne ferme plus bien. Puis après la montée du plan incliné, j’attaque un ressaut vertical. À ce moment-là quelque chose me retient par derrière. C’est la corde qui est restée accrochée sur une aspérité. Je défais les nœuds et je lâche l’extrémité de la corde pour tirer sur l’autre bout. Ça vient, ouf ! À l’amarrage suivant c’est un mousqueton indévissable sur broche. Avec de gros efforts, j’y parviens. Je continue, les copains s’impatientent. Fabien déséquipe le reste pour gagner du temps et pour respecter l’heure de retour.

Déjà jeudi, et c’est à l’igue de Goudou que Fabien nous conduit sous quelques flocons de neige. Fabien me rectifie la tenue et m’enlève ma troisième longe. Ça devient une manie chez eux de vouloir déshabiller les gens. Dans la nuit j’avais enlevé mes dégaines et le sifflet. On remonte jusqu’au siphon en amont. Ayant la néoprène, en redescendant, j’en profite pour sauter dans toutes les vasques afin de goûter aux fonds de cette rivière souterraine. À la remonté du P40, avec un kit, j’ai Fabien qui me colle au derrière pour gagner du temps. Au fractionnement du haut, on pratique la remontée du kit chargé resté en bas à la méthode secours avec poulie-bloqueur. Je suis vermoulu, mais j’ai réussi à user les monos !

Et voilà vendredi avec Foissac, grotte touristique et explications historiques qui vont bien pour le matin, et la suite de la rivière en crapahut l’après-midi avec Rémy et Adrien mais sans équipement.

Samedi, c’est fini, lavage du matériel sous un beau soleil mais avec un air plutôt frais. Et retour chacun chez soi...

Merci aux organisateurs pour ce beau déploiement de moyens et le déroulement de cette semaine.

Merci aux animateurs de sorties pour leur patience et leur courage à porter le matériel à ma place (avec eux j’ai perdu du poids en matériel).

Merci au personnel des cuisines, sans qui je n’aurais pas pris quelques kilos (ce qui compense la ligne précédente).

Merci aux participants avec qui j’ai partagé une petite place sur un amarrage ou sur une corde.

Félicitations aux diplômés !

Un petit hic, dans un site aussi calme, dommage que certains ne puissent pas dormir tant que d’autres ne sont pas couchés.

Je suis enchanté de ma semaine, trop vite passée, mais très enrichissante.

Merci pour tout à toutes et à tous, et à l’année prochaine pour de nouvelles aventures et encore du perfectionnement.

Spéléologicalement (contraction de spéléologique et amicalement), Jean-Michel !

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0