Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2011 > 154 - Juin 2011 > 154.3 - Stage initiateur spéléo dans le Lot du 26 février au 5 mars (...)

154.3 - Stage initiateur spéléo dans le Lot du 26 février au 5 mars 2011

Sabine Vejux-Martin

Introduction

Après trois petits stages de perfectionnement au niveau équipement l’idée me vint de tenter l’initiateur. Je regarde sur le calendrier des stages ce qui est programmé. Un stage programmé dans le Doubs m’aurait presque plu mais il tombe en même temps que le camp au Monténégro organisé par le C.D.S. 57. Me voilà donc à hésiter pour le camp dans le Lot car pour retravailler certaines techniques, je ne me sentais pas du tout prête. J’en parle donc à Rémy qui, voyant mon hésitation, m’y inscrit d’office. Plus la peine de se poser des questions. Maintenant, je dois m’entraîner au maximum. Je contacte certains spéléos dans le but de sortir et d’équiper un maximum des trous. Je m’impose même dans certaines sorties pour travailler ma condition physique. Retour également au gymnase Provençal pour travailler les techniques de réchappe et le dégagement d’équipier jusqu’au jour J, le 26 février 2011 !

Ce jour-là je ne suis pas seule à partir car seront aussi présents à ce stage :

 Pascal ADMANT dit Bubu,

 Dominique GILBERT,

 Jean-Michel GUYOT,

 Gilles MEYER,

 Léa VARNENOT,

 et David PARROT en tant que cadre.

Nous prenons deux voitures : Bubu et Jean-Michel voyagent ensemble, alors que le reste de l’équipe est véhiculé par Léa. Malgré un temps plutôt médiocre, le voyage se passe dans la bonne humeur. Nous arrivons aux Amis du Célé vers 18 heures où nous retrouvons quelques têtes connues grâce à des sorties interclubs. Après nous être installés dans nos chambres respectives nous partons au réfectoire pour un bon petit dîner. Rémy LIMAGNE attend également tous les stagiaires pour expliquer l’organisation de ce stage. 8 spéléos se présentent  à l’initiateur. Après le souper, direction la salle des initiateurs où nous attendent Pascal BÉTEILLE ainsi que les autres cadres qui nous suivront tout au long du stage. Et avant de nous annoncer le planning, nous nous présentons nous-mêmes.

Deux jours de test sont déjà programmés. Une journée en falaise et une sous terre afin d’évaluer nos capacités à équiper et déséquiper, notre maîtrise des techniques de réchappe, de dégagement d’équipier et de reconversion. La journée sous terre, permet également aux cadres, de noter notre capacité physique.

Nous sommes par équipe de deux tout au long de la semaine. Mon binôme s’appelle Anthony LESCALE. Il habite dans le Lot et il est Sapeur Pompier Volontaire. Décidément, même pendant les vacances, les sapeurs-pompiers me poursuivent.

27 février 2011

Premier jour de test : journée sous terre dans l’igue de Planagrèze avec David comme cadre.

T.P.S.T. : je ne sais pas, trop concentrée sur cette première journée importante. Anthony équipe la première partie, c’est-à-dire un P25, un R2 et un P33. Nous sommes accueillis en bas du dernier puits par 3 blaireaux sans vie qui ont sûrement dû tomber en jouant trop près de l’entrée… De mon côté, j’équipe la seconde partie, c’est-à-dire une main courante et un P43 avec un large choix de spits et de broches me permettant de faire un équipement très varié, fractionnements et déviations. Nous n’équipons qu’une partie de Planagrèze. Le but n’étant pas d’aller jusqu’au fond mais de savoir équiper en toute sécurité et confort. Arrivés à notre but bien précis, nous mangeons devant un beau siphon. Ayant un peu de temps devant nous, David en profite pour faire quelques photos. À la remontée, David nous propose de déséquiper la partie que nous n’avions pas équipée. De retour au Célé en fin d’après-midi, rangement du matos et petit compte rendu avec David. Bilan de cette première journée de test : réussi !

Après un bon repas, petite réunion avec les cadres et préparation de la journée suivante.

28 février 2011

Second jour de test : celui-ci se passera en falaise sous un magnifique soleil.

Nous sommes 4 stagiaires (Anthony L., Anthony C., Marnixe, notre seul spéléo belge, et moi-même) encadrés par Loufi et Pascal BÉTEILLE.

Le but de cette journée est d’équiper une voie d’une trentaine de mètres. Un kit nous est donc attribué ainsi qu’une voie. L’équipement se fait dans une ambiance très conviviale. Nous donnons même du matériel à celui qui en manque. L’esprit de compétition est inexistant. Une fois les voies équipées, il est l’heure d’aller manger. Étant juste à côté du centre, le pique- nique se fera au centre. Vers 12h30, nous repartons en falaise où sont testées nos connaissances : dégagement d’un équipier, techniques de réchappe et installation d’un poulie-bloqueur. Les 2 Anthony installent une petite tyrolienne que Pascal essaye. Les tests terminés, nous partons chacun de notre côté déséquiper une voie. Retour au centre vers 15 heures où nos cadres nous donnent rendez-vous vers 16h30 afin de nous dire individuellement ce qu’il en est de notre niveau et si nous pouvons continuer la formation d’initiateur ou pas. Bilan de cette seconde journée de test : réussi pour tous les 4.

Nous voici donc soulagés dans un premier temps car la semaine n’est pas terminée… Avant de manger, les cadres nous réunissent de nouveau afin que nous puissions consulter nos fiches d’évaluation. Après le repas, nouvelle réunion afin de nous présenter le programme du lendemain. Nous terminons ensuite la soirée ensemble et heureux d’avoir réussi ces 2 jours de test.

1er mars 2011

Troisième jour de stage : il sera consacré aux techniques d’encadrement. Notre cadre sera Romain et nous serons 3 stagiaires, Dominique, Anthony et moi-même, dans la grotte de Sénaillac pour apprendre de nouvelles techniques. Au programme :

c Assurage avec corde annexe,

c Assurage en boucle,

c Mise en place d’une tyrolienne.

Arrivés sur place, petite théorie dictée par Romain et prise de notes par nous… comme à l’école. Ensuite, Dominique et Anthony partent équiper le seul puits de la grotte, un P15, en double.

De mon côté, j’apprends à poser une tyrolienne au dessus de l’entrée afin d’y installer une corde qui descendra jusqu’en bas du P15. Une fois nos installations faites, Romain nous explique comment installer une corde annexe. Celle-ci nous servira à contre-assurer une personne qui descend mais également à intervenir si la personne ne se sent pas bien ou se coince les cheveux dans le descendeur par exemple. La méthode acquise par nous trois, nous passons à l’assurage en boucle. Celui-ci se fait avec la même corde que celle du spéléo qui descend. Il est environ 16 heures lorsque Romain nous demande d’arrêter. Il faut être au centre à 17 heures mais nous nous accordons un peu de temps pour visiter Sénaillac. Nous voici donc partis tous les 3. La grotte n’est pas très grande mais de très belles salles concrétionnées se présentent à nous. Il est 17 heures. Il nous faut déséquiper et tout ranger. Cette journée se passe très vite. Et nous la terminons avec quelques techniques apprises en plus. Techniques que nous appliquerons la journée suivante.

Une petite réunion nous attend le soir toujours pour nous 3 avec un autre cadre Domy. Mais celle-ci se fera après le repas et après un film concernant le gaz de schiste. Il est 23 heures lorsque Domy nous réunit pour nous parler de la journée du lendemain. Une douzaine d’enfants avec leurs animatrices nous attendent pour aller sous terre. Nous devons donc préparer celle-ci et nous organiser tous les 3. Le but étant de faire découvrir la spéléo verticale : un P3, un P4 et un P12 attendent cette petite colonie et il faudra leur apprendre à descendre au descendeur. La remontée sera gérée par les stagiaires. Il est 1 heure du matin lorsque nous décidons d’aller nous coucher pour être en forme le lendemain.

2 mars 2011

Quatrième jour de stage : journée pédagogique

Une grosse journée nous attend. Ne connaissant pas la cavité, Domy nous propose d’aller la découvrir en attendant que les enfants se préparent.

Retour au centre vers 11h30. La petite colonie est prête. Arrivés au trou et vu l’heure tardive, nous ferons manger les gamins avant de rentrer sous terre. Une fois le repas avalé et les baudriers mis nous voici partis pour une grande aventure. Les dernières consignes sont données.

Pendant la descente et la montée, il faut gérer l’excitation des enfants et l’attente au niveau des mains courantes et des puits et vérifier qu’ils ne touchent pas à leurs longes lorsque ceux-ci sont en sécurité. Nous restons sous terre 5 heures. Nous ressortons vers 19 heures. Bilan de la journée : les enfants sont fatigués mais très contents et nous le sommes également et bien fatigués psychologiquement.

Avant d’aller nous coucher, nous terminons la soirée avec Domy afin de faire un topo sur cette journée.

3 mars 2011

Cinquième jour de stage et deuxième journée pédagogique

Aujourd’hui, avec Anthony, nous devons encadrer deux adolescents : Mathis et Jocelyn. Deux jeunes faisant parti du stage perfectionnement et désirant apprendre ou se perfectionner à l’équipement. Direction l’Igue Noir où nous serons également encadrés par Yoyo moniteur spéléo. Un beau P43 nous attend. Il sera équipé par Mathis sous l’œil vigilant d’Anthony. Arrivés en bas de celuici, une remontée de 15 mètres se présente à nous. Pour ensuite aller rejoindre deux P20 qui sont équipés par Jocelyn que je talonne. L’équipement est sympa car on utilise pas mal d’amarrages naturels. Mais le temps est compté, nous ne pouvons équiper le dernier puits. Mathis sera désigné pour déséquiper le P20. Je remonte avec Jocelyn qui doit déséquiper le P43. Mais Yoyo décida de faire remonter toute l’équipe. Anthony déséquipe le dernier puits. Bilan de la journée : une belle expérience, celle d’apporter  notre savoir-faire en équipement à d’autres.

Après le repas, une petite présentation sera faite par Dominique concernant le spéléo-secours et l’installation d’un point chaud en 10 secondes : fini les couvertures de survie, il existe des points chauds tout fait !

Suite et fin dans Le P’tit Usania n°155 (juillet 2011)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0