Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2011 > 158 - Octobre 2011 > 158.1 - Une première à Grimo Santé

158.1 - Une première à Grimo Santé

Jean-Michel Guyot

Sortie familiale à St Jean sur la commune de Martincourt. 10 heures. Pour se mettre en jambe, nous partions déjà visiter une grotte signalée sur la carte à coté de St Jean. Le village comporte six maisons, et nous trouvons très rapidement le bon chemin. Nous garons l’auto en début du chemin, et le remontons tranquillement. Après une marche d’approche de cinq minutes, nous découvrons un massif rocheux ou le chemin de terre passe dans un canyon. Derrière l’angle d’une arête de la montagne, nous découvrons l’orifice de la grotte. Nous pénétrons avec hardiesse dans la cavité. Une chauve-souris agresse Pascal en sortant effarouchée. Charlotte en tête de l’expédition parvient au bout de la galerie en quelques enjambées. Nous faisons demi-retour puis, retraversant le hameau, nous prenons une toute petite route, puis un autre chemin de terre. Nous pensions à une première au gouffre Grimo Santé lorsque nous sommes arrivés sur les lieux après nous être frayés un passage au coupe-coupe dans la forêt pour garer la voiture à proximité de l’entrée et avoir pratiqué cette belle diaclase. Ce n’est qu’en remontant que l’on a découvert les spits dans la roche et la barrière tout autour du trou. Au départ, nous venions dégager la végétation qui cachait la visibilité du gouffre, et avec 2 cordes de 70 m et 2 de 20 m nous nous assurions pour l’équipement. Une seule de chaque suffira très largement (mais dans le cas d’une inconnue, mieux vaut être prudent). 11 heures. Nous sortons les scies, le taille-haie, les coupe-coupe, les sécateurs pour nous attaquer à cette jungle qui entrave l’accès visuel au gouffre.

11h10, petite pause café servie par Brigitte. Nous avons à peine le temps de nous remettre à l’ouvrage sous ce soleil de plomb, que déjà quatre visiteurs passaient nous voir. Ils pratiquaient un trail sur le G.R. à une dizaine de mètres d’ici, et profitaient d’un léger détour pour voir ce beau petit site. 12h30, le casse-croute. Christine et Vincent (son fils) nous ont rejoints et à 13h30 c’est la reprise de la taille après le café. 14h30, fin du défrichement et préparation d’une déviation pour la descente dans le trou. Pendant notre visite souterraine, nous avons croisé une famille de salamandres et une, solitaire. De belles bêtes noir et jaune, de 12 cm de long pour les adultes. Il n’y en a pas pour des heures à aller d’un bout à l’autre de la diaclase en nous faufilant entre les blocs de roche enchevêtrées comme un Tétris. Huit personnes passeront l’après-midi voir le gouffre dans leur promenade. On n’aurait pas pensé à une telle fréquentation. De retour en surface, Pascal s’attaque à la porte de l’enclos. Le matin il y avait un arbre de 5 cm de diamètre qui avait poussé entre les planches de la porte que l’on avait supprimé. Déception, la clé dans le cadenas tourne, mais celui-ci ne s’ouvre pas.

Nous repartons en appréciant le rajeunissement de ce coin de nature, que les prochains passants pourront admirer. Et on peut dire qu’une remise en état comme ça, c’est une première.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0