Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2011 > 158 - Octobre 2011 > 158.5 - Gouffre de la Pleine Lune

158.5 - Gouffre de la Pleine Lune

David Parrot

Dominique Gilbert, Lucille Delacour et moi, ainsi qu’Olivier Gente du Spéléo-club aubois, partons de Nancy le vendredi à 21 heures pour le Jura vaudois, en Suisse. Selon le G.P.S. nous devons arriver à 0h30 - 1h du matin au bord du trou... la route s’annonce bien jusqu’à la frontière suisse, où l’on découvre que nous prenons l’autoroute suisse, après 30 minutes d’autoroute illégale nous sortons et modifions les paramètres G.P.S. et là : pafffff 3 heures de route avant la fin du trajet... Motivation zéro mais on continue, on arrivera finalement à 4h30 du matin. Après une courte nuit, levé à 10h30, nous prenons le petit-déjeuner et nous nous attaquons à la recherche du Gouffre de la Pleine Lune. Pour tous c’est une première sur ce massif, mais on est équipé : carte I.G.N. au 1 / 25 000, boussole, coordonnées, etc. Facile, le gouffre doit être là ; quand même 2 h pour le trouver... on mange dehors au soleil et à 14h30 on rentre dans le trou... 1 minute après on est dehors ça bloque à -3 m. Et c’est reparti, boussole, carte, azimut, etc. et rando... À 16h30 on repart et on décide de compter les pas pour obtenir les distances, ça commence à sentir le gouffre par ici. 17 heures on est au bord du gouffre. Bref, les coordonnées sont fausses et la végétation a bien changé par rapport au descriptif. On décide de descendre dimanche dans le gouffre. On va donc établir le camp non loin de là. Ici à l’endroit même où on veut poser la tente, s’ouvre un trou pas plus gros que le diamètre d’une assiette, ni une ni deux on élargit et pafff : un gouffre est trouvé ! Ça descend de 6 7 m avec de la roche pleine... hum ça sent le léger courant d’air, mais le fond est obstrué de cailloux, la suite peut être prometteuse, pour une prochaine fois... Dimanche, levé 6 heures et nous entrons dans le gouffre de la Pleine Lune : P75 d’entrée de jeu, de toute beauté avec un pendule de 10 m à faire qui engage bien... direct dans l’ambiance. La suite s’enchaîne sans une seule étroiture, ni boue et ni angoisse, même à cette vire qui est décrite à -100 : vire de l’angoisse :-) bon ça engage bien, le gaz est bien présent et les volumes... énorme ! Descente du P38 final en fil d’araignée débouchant au plafond de la Kolos salle de 180 m de circonférence, 65 m de long, 40 m de large et 15 m de haut. Petite pause, photos ratées et on remonte. Temps de la course donnée : 7/8 h, temps de notre course 5 h. Pour la route de retour, il ne nous aura fallu réellement que 3h45 pour retourner à Nancy ! La motivation est au beau fixe, cette année on s’attaque au Jura vaudois (Suisse) et peut-être même au Jura souabe (Allemagne). Et pourquoi pas la découverte de nouveaux gouffres, qui sait ?

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0