Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2013 > 175 - Mars 2013 > 175.1 - Proasellus cavaticus (Leydig, 1871) en Lorraine

175.1 - Proasellus cavaticus (Leydig, 1871) en Lorraine

Bernard HAMON

(extrait de Scories n° 399 avril–mai 2012 ; manuscrit publié par l’auteur pour la commission Biospéologie de la CPEPESC Lorraine)

En 2012, l’isopode Proasellus cavaticus est présent dans au moins 17 stations réparties dans trois départements lorrains : la Meurthe-et-Moselle, la Moselle et les Vosges. Depuis la découverte le 17 janvier 2012 du nouveau site de Bambiderstroff, la Moselle compte 6 stations. Le tableau ci-dessous et la carte présentent la situation mosellane connue de Proasellus cavaticus au 30 avril 2012.

Référence station

Commune

Découverte de la station

 

 

Données sur l’habitat

 

 

 

 

 

Année

Inventeur

Identification

Géologie

Alt.

Contexte

Type d’habitat

57 P 01

Gorze

1960

J.-P. Henry

J.-P. Henry

Jurassique : Bajocien

210 m

Émergence ; bassin d’eau

Réseau racinaire

57 P 02

Montois-la-montagne

1961

Henry & Marvillet

J.-P. Henry

Jurassique : Toarcien-Aalénien

200 m

Ancienne mine de fer

Étendue d’eau souterraine

57 P 03

Moyeuvre-Grande

1961

Henry & Marvillet

J.-P. Henry

Jurassique : Toarcien-Aalénien

200 m

Ancienne mine de fer

Étendue d’eau souterraine

57 P 04

Bambiderstroff (1)

2000

B. Hamon

J.-P. Henry

Muschelkalk : Couches à cératites

340 m

Ancienne gal. militaire

Mare et vieux boisages

57 P 05

Sarreguemines

2002

B. Hamon

J.-P. Henry

Muschelkalk : Couches à cératites

250 m

Ancienne carrière sout.

Étendue d’eau souterraine

57 P 06

Bambiderstroff (2)

2012

B. Hamon

J.-P. Henry

Muschelkalk : Couches à cératites

340 m

Émergence

Bassin de fontaine biotope limité)

Deux horizons géologiques accueillent ce crustacé : les marnes du Dogger du Jurassique moyen à l’ouest du sillon mosellan et les aquifères du Muschelkalk sur le large bassin de la Sarre, à l’est. Nous notons que les premières découvertes de cet isopode en Moselle sont relativement récentes puisqu’elles remontent au début des années 60. Nous devons au professeur J.-P. Henry de l’université de Dijon d’avoir identifié et authentifié les spécimens récoltés sur cette période. Proasellus cavaticus demeure une espèce soit rare, soit difficile d’observation - voire les deux – dans la mesure où nous n’avons découvert que trois stations entre 1982 et 2012, alors que dans le même temps, nous mettions en évidence plus de 120 stations à Niphargus dans ce même département...

Les habitats sont généralement des étendues d’eau dans des espaces souterrains artificiels (mines, carrières) ou encore des émergences (réseaux racinaires, vasques). Il s’agit là d’habitats limites, les habitats d’origine n’étant pas vraiment identifiés. Rappelons, par exemple, que dans les mines et les carrières, des effondrements et fissurations ont mis en relation diverses nappes aquifères et que le « radier de fond » imperméable réceptionne les eaux et constitue un mélange avec les formes de vie qui y aboutissent : la résultante est ce que nous observons in situ.

Le tableau suivant présente les qualités physico-chimiques des eaux mosellanes où a été observé Proasellus cavaticus.

Paramètres

Contexte géologique

Stations dans le Muschelkalk

Stations dans le Jurassique moyen

Sarreguemines

Bambiderstroff

Moyeuvre-Grande  :
mine St Paul

Montois-la-montagne  :
mine Pauline

Minima

Maxima

Minima

Maxima

Bactériologie : présence de bactéries, notamment loliformes

X

-

X

-

X

-

Physicochimie :

· Température (°C)

 

4 à 13

 

9,6 à 12,7

 

9

 

13

 

7

 

14

· pH

7,7

-

7,3

8,3

7,7

8,3

· TH (°F)

23

-

37,8

48,5

26,5

57

· O2 dissous (mg/L)

3,5

-

6,7

10,9

4,4

12

· Résistivité (W/cm)

3 650

-

970

1 550

904

1 530

· NH4 (mg/L)

0,2

-

0

0,5

0

7,5

· NO2 (mg/L)

0

-

0

0,05

0

1,2

· NO3 (mg/L)

7

-

5

30,5

0

18

· Ca (mg/L)

74

-

119

151

58

146

· Mg (mg/L)

11

-

15

40

12

51

· Na (mg/L)

3

-

13

83

13

80

· K (mg/L)

1

-

2

10

2

12

· Cl (mg/L)

12

-

13

38

15

39

· SO4 (mg/L)

23

-

132

335

80

377

· Fe (mg/L)

0,5

-

0

0,7

0

3,5

· PO4 (mg/L)

-

-

0,03

1,1

0

1,22

Nombre d’analyses

1

-

40

 

37

 

Période

1982

-

de 1972 à 1988

 

de 1969 à 1987

 

Les analyses d’eau auxquelles nous avons eu accès montrent la qualité du milieu aquatique où vit Proasellus cavaticus.

Les fourchettes des paramètres, notamment dans les mines, présentent des résultats fluctuants qui résultent des arrivées d’eau elles-mêmes diversifiées. Quelques paramètres marquent une certaine constance tels que le pH (potentiel hydrogène), le TH (titre hydrométrique) ainsi que le sodium (Na), le potassium (K) et les chlores (Cl). Les températures de l’eau sont elles-mêmes variables : dans les mines la fourchette est de 10,5 °C ± 3,5 °C.

Nous noterons que l’oxygène dissous est important et que la présence de matière organique constitue un fond alimentaire non négligeable (Bactéries, Azote). Proasellus cavaticus partage son habitat avec d’autres stygobiontes (N.D.L.R. : espèces qui ne peuvent vivre qu’en profondeur dans les eaux souterraines) appartenant aux genres Niphargus et Cæcosphæroma.

Piste de lecture : Henry J.-P. (1976), Recherches sur les Asellidæ de la lignée cavaticus (Crustacés – IsopodaAsellota). Thèse de doctorat (C.N.R.S.). Université de Dijon. Impr. Declame (270 p.)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0