Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2013 > 176 - Avril 2013 > 176.1 - Niphargus fontanus (Bate, 1859) : situation de l’espèce dans le (...)

176.1 - Niphargus fontanus (Bate, 1859) : situation de l’espèce dans le département de Moselle

Bernard HAMON

(extrait de Scories Spécial Biospéologie n° 405 sept.-oct. 2012 ; manuscrit publié par l’auteur pour la commission Biospéologie de la CPEPESC Lorraine)

Niphargus fontanus a une répartition européenne large, depuis le Pays de Galles et le sud de l’Angleterre jusqu’à l’ouest de la Roumanie et de la Méditerranée jusqu’à l’Allemagne moyenne – en passant à l’ouest et au nord de l’Arc Alpin. En France ses stations les plus nombreuses se situent dans la moitié est du pays. L’espèce est absente de la façade atlantique mais des stations ont été découvertes dans la Manche à l’île de Jersey (G.B.). La Lorraine se situe au centre de cette aire de bio-répartition : elle compte 12 stations dont 4 en Moselle. La carte précédente présente cette répartition géographique et complète celle que nous avions présentée en 2011 (SSB n° 382).

La carte ci-dessus illustre l’état des connaissances sur Niphargus fontanus en Moselle. La première station a été découverte en 1937 par le professeur Husson, lors des visites qu’il effectua dans les mines de fer de notre région. Deux autres stations accueillent l’espèce authentifiée ; une quatrième à Neufchef (57, n° 57106) reste encore à l’être (SSB n° 267 & 371).

L’espèce demeure plutôt rare en Moselle, ses stations ne représentent que 2,6 % de la totalité des sites à Niphargus connus à ce jour. Une prépondérance des calcaires du Jurassique (Dogger) semble se dégager (habitats : karst en grand) pour cette espèce ; même si les crustacés ont été découverts et collectés dans des biotopes limites : espaces miniers ouverts (salles, galeries, descenderies).

N° ordre

Commune

Lieudit

Réf.

Année de découverte

Inventeurs

Identificateurs

Divers

1

Moyeuvre-Grande

Mine St Paul

57002

1937

R. Husson

R. Husson

 

2

Vaux

Mine de Vaux

57048

1986

B. Hamon
Y. Gérard

R. Ginet

 

3

Neufchef

Mine de fer d’Hammeviller

57106

2003

B. Hamon
D. Grandati

R. Ginet

Niphargus Sp. fontanus

4

Meisenthal

Source d’Ehrensprung

57149

2009

B. Hamon

M.-J. Olivier

 

La découverte récente de Niphargus fontanus à Meisenthal (SSB n° 403) dans une fontaine dont l’eau est issue d’un aquifère gréseux, poreux et fissuré, montre à plus de 100 km à l’est des autres stations que l’espèce peut vivre dans un habitat d’une autre nature, suggérant ainsi une faculté d’ubiquité certaine. Les stations mosellanes demeurent, en l’état des données, éparses et isolées les unes des autres.

Paramètres

 

Stations

Moyeuvre-Grande
Mine St Paul

Vaux
Mine de Vaux

Neufchef
Mine d’Hammeviller

Meisenthal
Source d’Ehrensprung

Température (°C)

9 à 13

5 à 8,6

11

8,8 à 11

pH

7,3 à 8,3

8,4

7,9

 

Résistivité (W/cm)

970 à 1 550

365

1 357

4 820

TH (°F)

37,8 à 48,5

20

43

 

Ammoniaque (NH4 – mg/L)

0 à 0,5

0,05

0

 

Nitrates (NO3 – mg/L)

5 à 30,5

17,7

4 à 28

 

Nitrites (NO2 – mg/L)

0 à 0,05

0,02

 

 

Calcium (Ca – mg/L)

119 à 151

 

118

 

Magnésium (Mg – mg/L)

15 à 40

 

30 à 38

 

Sodium (Na – mg/L)

13 à 83

 

4 à 28

 

Potassium (K – mg/L)

2 à 10

 

1 à 3

 

Sulfates (SO4 – mg/L)

132 à 335

 

140 à 210

 

Chlorures (Cl – mg/L)

12 à 38

 

12 à 18

 

Fer (Fe – mg/L)

0 à 0,7

 

0,7

 

Manganèse (Mn – mg/L)

0 à 0,02

 

0,065

 

Aluminium (Al – mg/L)

0,01 à 0,117

 

0,82

 

Périodes des analyses

1972 à 1988

1991

1974 à 1985

1990

Sur les milieux aquatiques où vit Niphargus fontanus, les principales informations délivrées par les analyses (voir tableau précédent) sont les suivantes :

  • Comme les autres espèces de Niphargus, cet amphipode paraît s’accommoder d’eaux dont les qualités sont très hétérogènes tant du fait de la différence d’aquifère (Grés / Calcaire) qu’au sein même d’aquifères proches, voire identiques. De ce point de vue, il ne se différencie pas des autres stygobies.
  • Au niveau température, l’espèce est observée dans des eaux dont les gradients thermiques sont plutôt bas (de 5 à 13 °C, tous sites et toutes saisons confondus) ; ce point est particulièrement vérifié pour la station de Vaux.
  • Dans les aquifères karstiques où les résultats sont plus nombreux nous trouvons des paramètres dont les fourchettes sont plus réduites comme le calcium, le magnésium, le potassium, les chlorures, le fer ; il y a même une certaine proximité de résultats.
  • Par ailleurs, la bactériologie des eaux de l’ancienne mine St Paul de Moyeuvre-Grande ainsi que celle de la source de Meisenthal s’est signalée par la présence de bactéries coliformes, témoins de souillures d’origine fécale de mammifères. Ce point particulier confirme la fragilité des aquifères localement mais apporte aussi la preuve que cette vulnérabilité est aussi source d’apports alimentaires potentiels.

La poursuite des investigations de terrain devraient permettre de découvrir de nouvelles stations.

Sur la taxonomie : Gledhill T. (1980) - Designation and Description of the Lecotype of Niphargus fontanus Bate, Crustaceana : Supplement n° 6, Leiden (USA), Brill éd., p. 27–37

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0