Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2013 > 184 - Décembre 2013 > 184.3 - Le genre Niphargus en France et en Lorraine

184.3 - Le genre Niphargus en France et en Lorraine

Bernard Hamon

Niphargus est un crustacé cavernicole, connu de tous les spéléologues ou presque, qu’ils surnomment « crevette des cavernes ». En réalité il ne s’agit pas d’une crevette (Décapode) mais d’un Amphipode.

Les premières découvertes et descriptions de Niphargus remontent au début de la seconde moitié du XIXe siècle. Au fil des ans il est apparu que le genre n’était présent que sur l’ancien continent, depuis l’Islande jusqu’au Liban. En France, des inventaires nationaux se sont succédés et parmi les plus significatifs il convient de citer ceux du Dr J. BALAZUC en 1954 et 1957 qui fait état de 25 espèces. Puis lors du 1er colloque sur le genre Niphargus qui s’est tenu à Véronne en 1969, C. MORAND-CHEVAT listait 28 espèces. Ce colloque fut l’occasion de reconsidérer les complexes de Niphargus regroupés sous les noms de kochianus, aquilex et foreli, de clarifier et de bien définir les espèces après de nouvelles redescriptions.

Figure I : Carte de répartition schématique des espèces de Niphargus en France (source R. GINET 1996)

En 1996, le Pr. R. GINET publiait son livre consacré aux Niphargus français intitulé : « Bilan systématique du genre Niphargus en France. Crustacés, Amphipodes, Gammaridés, Niphargidés ». Il put ainsi présenter un inventaire détaillé de 29 espèces distinctes, authentifiées bien souvent par de nouvelles descriptions (Figure II).

Espèce

Auteur / Date

Redescription / Date

1

Angelieri

RUFFO, 1953

 

2

Aquilex

SCHIÖDTE, 1855

G. KARAMAN, 1980, 1982

3

Balazuci

SCHELLENBERG, 1951

 

4

Bouiangei

WICHERS, 1964

 

5

Burgundus

GRAF & STRASKRABA, 1967

G. KARAMAN, 1980

6

Ciliatus

CHEVREUX, 1906

GINET, 1988

7

Delamarei

RUFFO, 1953

G. KARAMAN, 1986

8

Fontanus

BATE, 1859

GLEDHILL, 1980

9

Foreli

HUMBERT, 1877

TARAMELLI, 1956

10

Gallicus

SCHELLENBERG, 1935

DANCAU, 1963

11

Gineti

BOU, 1965

 

12

gr. Jovanovici

S. KARAMAN, 1931

SKET, 1972 ; G. KARAMAN, 1980

13

Kieferi

SCHELLENBERG, 1936

G, KARAMAN, 1980

14

kochianus dimorphopus

STOCK & GLEDHILL, 1977

 

15

kochianus kochianus

BATE, 1859

STOCK & GLEDHILL, 1977

16

Ladmiraulti

CHEVREUX, 1901

GINET, 1963

17

Laisi

SCHELLENBERG, 1936

SCHELLENBERG, 1942

18

longicaudatus corsicanus

SCHELLENBERG, 1950

STOCK, 1972

19

Nicaeensis

ISNARD, 1916

 

20

Pachypus

SCHELLENBERG, 1933

STOCK & GLEDHILL, 1977

21

Plateaui

CHEVREUX, 1901

 

22

Renei

G. KARAMAN, 1986

 

23

Rhenorhodanensis

SCHELLENBERG, 1937

GINET, 1985

24

Robustus

CHEVREUX, 1901

 

25

Schellenbergi

S. KARAMAN, 1932

HOFFMANN, 1963

26

Seriferus

SCHELLENBERG, 1937

 

27

Thienemanni

SCHELLENBERG, 1934

 

28

Vandeli

BARBE, 1961

 

29

Virei

CHEVREUX, 1896

CHEVREUX, 1901, 1909

Figure II : Liste des espèces de Niphargus reconnues en France (source : R. GINET, 1996)

Il propose une grille d’identification des espèces enrichie par de nombreux dessins réalisés par des descripteurs anciens et modernes parmi lesquels figurent entre autres, A. VIRE, M. SCHIÖDTE, S. KARAMAN, A. SCHELLENBERG, E. CHEVREUX... et R. GINET lui-même.

R. GINET établit également une carte de France présentant d’une manière très schématique les principaux territoires des différentes espèces de Niphargus – territoires des grandes communautés ou de stations d’espèces rares – voire endémiques (Figure I). Nous notons que pour le Grand Est, les espèces les plus représentatives sont Niphargus schellenbergi et Niphargus virei.

Les travaux qui ont suivi ont confirmé le nombre d’espèces reconnues en France, en densifiant le nombre des stations, ce qu’a présenté D. FERREIRA en 2005 dans sa thèse de doctorat qu’il consacra aux formes stygobies recensées sur le territoire national : nous y retrouvons le total de 29 espèces. Dans ces publications nationales la région lorraine ne manque pas d’y être évoquée.

À ce jour, ce sont six espèces de Niphargus qui ont été identifiées en Lorraine depuis 1895. Des inventaires régionaux ont été publiés, depuis près d’un siècle par R. HUSSON (1936 et 1959), A. TETRY (1939), G. VAUCEL (1985), ou encore l’auteur (1985 et 2012). (Figure III)

 

Espèce

Signalée dans les départements

Première découverte

54

55

57

88

Année

Commune (Département)

Niphargus aquilex

X

X

X

X

1895

Nancy (54)

Niphargus fontanus

X

X

X

X

1908

Maxéville (54)

Niphargus foreli

 

 

X

 

1983

Saint-Julien-lès-Metz (57)

Niphargus kochianus kochianus

 

 

X

 

1963

Moyeuvre-Montois (57)

Niphargus schellenbergi

X

X

X

X

1908

Maxéville (54)

Niphargus virei

X

X

X

 

1914 ?

Marbache (54)

Figure III : espèces de Niphargus présentes en Lorraine (1893 – 2013) (source B. HAMON)

Les six espèces sont réparties dans plus de 200 stations et c’est Niphargus schellenbergi qui est l’Amphipode stygobie le plus représentatif avec plus de 50 % des stations, à lui seul. Actuellement les investigations se poursuivent dans tous les habitats susceptibles d’accueillir des Niphargus.

Piste de lecture :

GINET, R. et DECOU, V. (1977) - Initiation à la biologie et à l’écologie souterraines, Ed. J.P.DELARGE (345 p.)

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0