Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2000 > 25 - Septembre 2000 > 25.1 - Le cadavre d’un spéléo belge retrouvé vingt-six ans après sa (...)

25.1 - Le cadavre d’un spéléo belge retrouvé vingt-six ans après sa disparition

Daniel PREVOT

Communiqué de l’AFP du 16 août 2000 :

« Le corps d’un jeune spéléologue de 17 ans, habitant Halanzy, à la frontière franco-belge, et disparu depuis mai 1974, a été découvert vendredi dernier par des spéléologues amateurs, dans une galerie minière proche du domicile de sa famille.

Le corps de Jean-Lou Pirson, né le 11 mars 1957, a été trouvé par quatre jeunes spéléologues amateurs, de 18 à 25 ans, descendus dans les galeries de mines proches d’Halanzy, petit bourg situé sur un ancien site minier. À côté du cadavre qui n’a pas encore été remonté, se trouvait un casque sur lequel était inscrit « J. L. Pirson » et une lampe de poche.

La disparition du jeune homme qui était parti seul en exploration, avait entraîné à l’époque la mobilisation de tout le village, qui avait mené de nombreuses battues, avec l’aide des villages du nord de la Meurthe-et-Moselle.

Le site minier, qui compte environ 40 km de galeries étalées entre la France, la Belgique et le Luxembourg, n’avait pas suffisamment été fouillé, déplore la famille du jeune homme. »

Son corps a été découvert « à vol d’oiseau, à moins d’un kilomètre de notre maison », a expliqué Claudie Pirson, sa sœur, mercredi 16 août sur Radio-France Nancy-Lorraine.

« La mère de Jean-Lou, veuve avec quatre enfants, est morte de chagrin à la suite de cette disparition. La famille demande la réouverture de l’enquête, l’identification formelle du cadavre, et la restitution du corps pour qu’il soit inhumé. »

La bourgade de Halanzy est située en Belgique sur la RN88 entre Aubange et Virzon, à environ 5 km au N-NW de Longwy. Jean-Paul Fizaine, Conseiller Technique Adjoint du Spéléo Secours 54 pour le Pays Haut et membre de l’USBL (club spéléo de Longwy fondé en 1971 par Jean Scapoli), pas plus que moi-même n’avons eu connaissance de ce drame que nous venons seulement de découvrir.

La résurgence de ce drame, m’incite à rappeler à nos membres les deux règles élémentaires de sécurité suivantes :

  • ne jamais partir seul en exploration en terra incognita,
  • toujours informer quelqu’un sur son projet de visite ou d’exploration, quel que soit le site envisagé.

Au sujet de l’article on déplorera une fois encore l’amalgame fâcheux réalisé par les média entre les amateurs d’aventure souterraine et les spéléologues, propre à jeter le discrédit sur nos activités et ses acteurs.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0