Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2015 > 205 - Septembre 2015 > 205.5 - Ma première descente au Rupt-du-Puits

205.5 - Ma première descente au Rupt-du-Puits

Théo PREVOT

Participants : André, Aurélien, Claude, Jean-Pierre, Jérémy, Roland, Yann (A.S.H.M.) et moi

Claude Fournier et d’autres spéléologues de l’A.S.H.M., club de Saint-Dizier (52), avaient comme projet de faire des travaux de maintenance et renforcement par scellement de broches et remplacement de la corde ainsi que des maillons rapides de la vire au-dessus des cascades dans le Rupt-du-Puits, plus un complément d’équipement pour faciliter l’accès aux Marmites.

N’ayant jamais mis les pieds dans cette rivière, Claude m’ayant proposé de venir avec eux, je lui confirmai ma présence. Le rendez-vous était prévu le samedi 18 juillet à 8 h 30 devant le chemin qui monte vers le puits d’accès du réseau. Nous devions amener notre casse-croûte pour le midi. Vers 9 h tout le monde était enfin là, nous étions 8.

Après nous être équipés à côté de la buse, on sortit les kits de matos ; perfo, broches, colle, marteau, coupe boulons... tout y était ce qui n’allégea pas les kits. On entama enfin la descente dans le puits.

Une fois en bas, je me retrouvai avec Claude qui m’expliqua plein de choses jusqu’aux cascades. Les cascades devant nous, nous décidâmes de manger dans une galerie sèche avant de commencer les travaux. Après avoir mangé et ne pouvant pas tous être en train de travailler, un groupe resta pour faire les travaux tandis qu’un autre, constitué d’André, Jérémy et moi, partait vers le siphon car aucun de nous n’y avait déjà été.

On nous proposa alors d’aller faire un tour et de nous promener dans la galerie des Macaronis juste avant le siphon. Le siphon était relativement gros ; la galerie des Macaronis, elle, me faisait penser au méandre au fond de l’Avenir. Puis nous sommes revenus en passant par les cascades, cela me faisait presque oublier que nous étions sous la forêt de Trois-Fontaines. Bien qu’il n’y ait pas autant d’eau que d’habitude, la première marmite était profonde ; je n’avais pas pied lorsque j’ai glissé dedans. André et Jérémy ayant vu la profondeur, passèrent en opposition.

Les autres posaient toujours des broches. Après plusieurs allers-retours dans les cascades nous décidâmes d’aller faire un tour dans une galerie avant les cascades, l’affluent de Marmites. Après être passés au-dessus d’une petite marmite, nous nous retrouvâmes dans une galerie. À un moment la galerie se divisa en deux : afin de ne pas se perdre on préféra suivre le ruisseau. Plus nous avancions plus le plafond était bas ; de plus les gravillons ainsi que l’eau dans lesquels nous étions à quatre pattes nous firent faire demi-tour.

Lorsque nous sommes retournés aux cascades les autres étaient à un peu plus de la moitié de la vire. Afin de ne pas s’ennuyer, Yann nous proposa d’enlever l’ancienne corde et de couper les vieux maillons rapides. André réceptionnait la corde en bas et Jérémy et moi l’enlevions avec les maillons.

Malgré tout, l’heure tournait, il était déjà 16 h, et manquant de quelques broches, nous repliâmes bagages afin de sortir vers 17 h 15. Puis nous nous changeâmes et mes grands-parents arrivèrent. Le temps de remercier les spéléos de l’A.S.H.M. et de dire au-revoir, c’est la tête remplie de souvenirs que je repris la voiture pour de nouvelles aventures.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0