Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2015 > 206 - Octobre 2015 > 206.3 - Niphargus fontanus (Bate, 1859) en Lorraine (1908-2015)

206.3 - Niphargus fontanus (Bate, 1859) en Lorraine (1908-2015)

Bernard HAMON (extrait de Scories Spécial Biospéologie n° 447, avril 2015, revue de la CPEPESC Lorraine)

(extrait de Scories Spécial Biospéologie n° 447, avril 2015, revue de la CPEPESC Lorraine)

Parmi les espèces de Niphargus reconnues en 2015 en Lorraine, Niphargus fontanus est la troisième espèce la mieux représentée avec 12 stations après respectivement Niphargus schellenbergi et Niphargus virei, soit moins de 5 % de la totalité des stations du genre identifiées dans la région.

Figure 1 : carte nationale de distribution de Niphargus fontanus (sources : in Ferreira, 2005, université de Lyon 1), d’après les données du professeur Ginet et de la littérature à laquelle a accédé l’auteur. Nous avons évoqué l’espèce dans de nombreux bulletins auxquels nous renvoyons le lecteur (S.S.B. n° 223, 343, 365, 371, 382, 403, 405, 430).

L’espèce demeure mal connue, y compris au niveau national, où sa répartition paraît cantonnée dans le secteur oriental du pays (Figure 1). Les efforts de prospection effectués en Lorraine ainsi que dans l’aire de rayonnement de l’université de Lyon traduisent probablement ce quota plus marqué de stations dans ces régions, la Lorraine ayant été, jusqu’au début des années 1960, la région qui comportait, en absolu, le plus grand nombre de stations de Niphargus fontanus.

Parmi ces 12 stations, dont une de Niphargus cf. fontanus à Neufchef (57) qui mériterait confirmation, la région nancéienne concentre à elle seule 50 % des sites, implantés majoritairement dans d’anciennes mines de fer et découvertes dans leur ensemble de 1908 à 1940.

L’espèce est présente dans les quatre départements (six stations en Meurthe-et-Moselle, un en Meuse, quatre en Moselle et un dans les Vosges), dans des habitats diversifiés (karsts en grand, milieux poreux et fissurés, habitats limites...). C’est une espèce plutôt ubiquiste qui a été découverte dans des mines souterraines, des souterrains militaires, des fontaines, des sources. Mais ces stations lorraines sont, en l’état actuel des connaissances, localisées sur le large bassin versant de la Moselle, à l’exception du site de Meisenthal, implanté sur le bassin du Rhin.

Aucune station lorraine de Niphargus fontanus n’a fait l’objet d’une étude détaillée mise à part la station de Vaux située dans une ancienne descenderie – galerie d’aérage de mine de fer – pour laquelle un certain nombre de visites ont permis d’engranger des données environnementales et des observations sur ces amphipodes (S.S.B. n° 430 d’avril 2014). L’ensemble demeure toutefois limité.

Mais, mises bout à bout les informations et témoignages régionaux sur Niphargus fontanus devaient permettre une meilleure connaissance et approche de l’espèce. Nous avons donc entrepris en 2014 d’établir un bilan le plus complet possible de ce qui est connu sur ce crustacé, en Lorraine.

Figure 2 : Carte régionale de répartition des stations de Niphargus fontanus (sources : B.H.) :

·  Meurthe-et-Moselle : Maxéville (1), Maxéville (Concession de Boudonville) (2), Pompey (3), Marbache (5), Maron (6), Faulx (7) ;

·  Meuse : Gironville-sous-les-Côtes / Geville (11) ;

·  Moselle : Moyeuvre-Grande (8), Neufchef (Niphargus cf. fontanus) (9), Vaux (10), Meisenthal (12) ;

·  Vosges : La Croix-aux-Mines (4).

Le numéro de chaque station a été attribué arbitrairement, en fonction des dates chronologiques de leur découverte, la première ayant été trouvée en 1908 par le professeur Lucien Cuénot à Maxéville (54) dans la mine de fer « Concession de Maxéville » et la plus récente à Meisenthal (57) le 2 avril 2009 par nos soins dans une fontaine communale.

Niphargus fontanus (mâle) de Meisenthal (57 – site 12) ; cliché de M.-J. Olivier, université de Lyon 1, 20/9/2009

Ainsi, courant 2013–2014 nous avons entrepris d’établir un bilan complet de ce qui était connu sur Niphargus fontanus en Lorraine, tant à travers la littérature accessible que des données et observations de terrain. La revue Spéléo L (Ligue spéléologique lorraine) a accepté d’assurer le relais et publie dans son numéro de 2014 cette synthèse : « L’Amphipode Niphargus fontanus BATE, 1859 en Lorraine : le point sur les connaissances en 2014 ». L’espèce s’y « dévoile » à travers une présentation générale, sa biorépartition européenne, sa situation en Lorraine (historique des stations, inventaire, distribution,...), ses habitats régionaux (milieux aquatiques,...) ainsi que quelques précisions sur son comportement.

À lire : Ferreira D. (2005) - « Biodiversité aquatique souterraine de la France : base de données, notion de distribution et implication en termes de conservation », Thèse de doctorat n° 200, Université de Lyon 1, 441 p. (réf. SUDOC : http://www.sudoc.fr/108929701)

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0