Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2016 > 209 - Janvier 2016 > 209.4 - Parcours ferré du fort de Bertheaume

209.4 - Parcours ferré du fort de Bertheaume

Christophe PRÉVOT

L’occasion des vacances loin de sites karstiques n’interdit pas de découvrir des sites différents et sportifs proches de nos activités. Ainsi, cet été, j’ai (re)découvert le parcours ferré (à mi-chemin entre une via ferrata et une rando-ferrata comme celle de Bussang ; pour mémoire, relire : Prévot C. (2012) - « La via ferrata de Bussang », Le P’tit Usania n° 169, USAN, Nancy, p. 3) du fort de Bertheaume.

Le fort de Bertheaume est un fort construit en 1474 sur un îlot rocheux situé en mer d’Iroise, dans la rade de Brest, afin de protéger le goulet de Brest, large de 1,5 km et reliant la rade à l’océan Atlantique. Depuis il a été perfectionné au fur et à mesure des avancées technologiques jusqu’à l’installation de troupes allemandes en 1940. À la fin de la guerre ce fort est abandonné jusqu’à ce que la commune de Plougonvelin le rachète en 1990 pour y mener des fouilles archéologiques puis une réhabilitation touristique. En 2005, une association décide d’y installer un parcours ferré avec tyroliennes, ponts de singe, et autres agrès métalliques.

C’est ainsi que le 9 août, en vacances en Bretagne, j’ai décidé d’emmener mes enfants (Océane, Anthéa et Théo) et ceux des amis avec qui nous passions nos vacances (Cyrielle et Annaelle) (re)découvrir ce parcours ferré. D’une durée d’environ 1 h 30 ce parcours débute par une appropriation du matériel à côté du stand situé sur la terre ferme ; il faut en particulier apprendre à utiliser la nouvelle ligne de vie qui ne peut être éjectée et garantit une sécurité absolue. En effet, par le passé des enfants de centres de vacances se sont retrouvés délongés par erreur de manipulation ou non-respect des consignes : là, ce n’est plus possible !

Parmi les autres nouveautés des aménagements 2015, on découvre, au gré du parcours, des panneaux pédagogiques présentant les oiseaux marins de la côte, leur habitat et cycle de vie. Cela permet d’allier une activité sportive et une sensibilisation à la faune locale, dans le même esprit que les parcours karstiques.

Ensuite, le parcours permet de descendre en falaise et rejoindre une tyrolienne qui conduit au pied du rocher. Une succession de ponts de singe, de passage d’agrès métalliques et une descente dans une faille permettent de lentement rejoindre le sommet du fort. Là, un portique sur lequel il faut grimper grâce à un filet, typique des filets qui permettaient de monter aux mâts des bateaux, donne accès à une magnifique tyrolienne finale de 200 m de long située à 40 m au dessus du niveau de la mer et ramène au stand de départ.

Tout au long du parcours des échappatoires permettent d’en sortir. En plusieurs endroits celui-ci se divise en deux voire trois voies plus ou moins techniques ou difficiles. Le parcours noir, le plus compliqué, comprend notamment un passage en paroi équipée de prises d’escalade et en léger dévers. Néanmoins, il ne faut pas perdre de vue que ce parcours s’adresse à des familles et centres de vacances. La cotation est donc surévaluée afin d’éviter que chacun s’engage dans une voie trop ardue et ressente le frisson de la difficulté.

Si vous vous retrouvez entre avril et septembre dans l’Ouest lointain (le fameux Far West) et êtes en quête d’une aventure, n’hésitez pas à vous frotter au fort de Bertheaume !

Informations, contact et réservation sur : http://www.bertheaume-iroise-aventure.fr

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0