Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2017 > 228 - Août 2017 > 228.2 - Petit camp sportif dans le Doubs

228.2 - Petit camp sportif dans le Doubs

Théo Prévot

Mercredi 29 juin 2016 : Martial passe me prendre pour aller au local et faire les courses pour notre séjour dans le Doubs. Il est 17 h 30 quand nous pouvons enfin partir de Nancy ; pour le moment aucun problème mis à part un petit bouchon sur la route. Nous arrivons vers 20 h 30 sur le parking du gouffre de la Baume des Crêtes. Après avoir calé le camping-car pour la nuit nous décidons de manger. Comme d’habitude le repas sera pâté lorrain pour moi tandis que Martial mange des restes de midi. Le matos n’étant pas encore enkité, nous préparons les kits pour le lendemain. L’objectif étant d’aller au fond de la Baume des Crêtes et de remonter, s’il n’y a pas trop d’eau, les cascades qui mènent au siphon de Jérusalem.

Il est 22 h et les kits sont prêts, enfin les kits... plutôt le kit car on ne sera que deux pour porter. Après nous être équipés nous partons pour le pré-équipement du P40. Martial me suit pour vérifier qu’il n’y a pas d’erreur mais ne descend pas le puits. Après plusieurs fractionnements, je perçois le fond du puits... et merde il me manque environ 4 mètres de corde pour toucher le fond. Après avoir raccourci les nœuds au maximum il manque toujours 2 mètres de corde... bon ben on verra ça demain. De retour au camping-car, nous nous déséquipons puis allons au lit.

Jeudi 30 : le lever se fait vers 7 h. Le temps de prendre le petit déj’ et de s’équiper et c’est parti.

Il est 8 h 30 lorsque nous entamons la descente. Nous arrivons plutôt rapidement dans la galerie des Chinois (‑150). Jusque-là rien de nouveau pour moi. Après un petit ressaut et un peu de crapahutage nous commençons à voir de l’eau et passons par des cordes mises en fixe. Plus loin nous passons une trémie. Nous voilà bientôt dans le collecteur. Une fois arrivés dans le Verneau nous décidons de mettre un T-shirt en néoprène car il paraît qu’après ça mouille un petit peu. Nous entamons ainsi la remontée de plusieurs cascades et en effet on peut dire que ça mouille. Puis viennent les trois plus grosses cascades (C9, C6 et C7), la première étant équipée en fixe nous évitons l’eau, mais pour les deux autres Martial monte en escalade afin de mettre la corde. Les cascades passées, nous arrivons bien mouillés dans la salle du Sinaï. Je reprends l’équipement car il reste un ressaut à descendre. Puis, après avoir marché dans ce joli collecteur, nous arrivons sur le siphon de Jérusalem et mangeons dans une galerie sèche sur le côté.

Le ventre rempli, nous repartons en direction de la sortie. Je m’occupe du déséquipement donc pas question de traîner ! On perçoit enfin la lumière du jour : sortie à 17 h 20 sous le soleil, que demander de mieux. Une fois changés et le matos rangé on se repose un peu de notre journée.

P.S. : on rentre dans un kit environ 300 mètres de corde donc de quoi se muscler pendant la journée !

Nous prenons la route pour rejoindre Nathalie qui possède une maison à Nans-sous-Sainte-Anne (et non pas à Ornans !) où nous arrivons vers 19 h 30. Après avoir pris l’apéro je vais à la douche puis nous mangeons. Le programme est établi, demain c’est le gouffre du Mont Ratey qui a été choisi. Il faut donc refaire les kits pour le lendemain. Après cela on peut aller se coucher alors qu’il est minuit.

Vendredi 1er juillet : comme la veille, lever à 7 h. Cette fois-ci il y a de la route donc on ne traîne pas trop pour partir. 45 minutes plus tard, nous arrivons enfin. On repère rapidement l’entrée du gouffre et nous nous équipons et partons. Aujourd’hui pas de broche donc il faut un peu plus réfléchir... Enfin pas trop pour le moment car il y a dû avoir un secours. On descend plusieurs puits et arrivons sur un passage un peu étroit, puis plus bas arrive la Césarienne qui peut maintenant être shuntée grâce à un passage créé pour passer une civière plus facilement. On dirait que nous avons passé la zone du secours car il n’y a plus que le strict minimum en spits, ce qui me ralentit à l’équipement. Il ne reste plus qu’un P32 pour atteindre notre terminus car il sera l’heure de remonter. Ce puits aurait besoin de quelques spits pour un fractionnement car ceux présents sont foutus... Nous mangeons vite fait car il ne fait pas très chaud et remontons. Une fois de plus nous ressortons mouillés et ne regrettons pas le T-shirt en néoprène, sauf Nathalie qui n’en n’avait pas.

Une fois dehors et après avoir tout rangé nous repartons déposer Nathalie chez elle. Cependant la soirée n’étant pas encore finie, nous nous dirigeons vers le gouffre de Vauvougier où il est prévu d’aller le lendemain. Afin de gagner du temps Martial m’envoie équiper le puits d’entrée. Je pars donc pour équiper le puits ; lorsque je ressors vers 22 h je retrouve Martial qui m’attend en haut du puits.

Nous reprenons le camping-car afin de rejoindre Sabine et Benoît à Montrond-le-Château car ils encadrent des personnes venues découvrir la spéléo. On arrive à Montrond où les autres nous attendent et mangeons. On prépare les kits pour Vauvougier en attendant Sylvain qui nous accompagne demain. Sylvain arrive enfin alors qu’il n’est pas loin de 23 h 30. Demain nous serons donc quatre (Sylvain, Nathalie, Martial et moi) car deux personnes n’ont pas pu venir.

Samedi 2 : le matin se déroule comme les autres. Il est 9 h lorsque nous entrons dans le gouffre. Je suis le premier car je dois équiper. Sylvain est derrière moi, suivi de Martial et Nathalie. Comme le puits est déjà équipé la descente se fait rapidement, quelques méandres plus loin nous arrivons à l’étroiture où nous laissons Sylvain et continuons pour aller au fond. La progression dans les méandres n’est pas évidente avec les kits mais au moins c’est un peu sportif. Nous descendons le puits du Guano et arrivons dans la galerie du Bétail. Ici deux choix sont possibles : soit partir vers le grand puits (P40) ou bien partir vers un P24 moins connu mais, d’après Martial, plus joli. Nous partons donc en direction du P24 et en effet, bien qu’il n’y ait pas beaucoup de concrétions, voire pas du tout dans les autres galeries, nous en trouvons des pas trop moches près de ce puits. Déjà l’heure de remonter, je suis au déséquipement. Le chemin jusqu’à l’étroiture est toujours aussi sportif. Nous retrouvons Sylvain et faisons une pose pour manger. C’est reparti car il nous reste du chemin avant de pouvoir voir la lumière du jour. Après avoir sué dans les puits et les méandres nous voilà en bas du puits d’entrée. Je décide alors d’enlever le haut de la combi car il fait vraiment chaud. Une fois dehors on range le matos et revenons à Montrond. Il est 20 h donc on ne tarde pas à préparer le barbecue pour le soir. Après avoir mangé, alors que certains décident d’aller au lit, on propose des jeux (tours de table, etc.). Les derniers iront au lit vers 1 h 30.

Aujourd’hui c’est dimanche : lever vers 9 h pour ma part. Nous avons le matos à laver donc on n’ira pas sous terre ce matin. Le matos lavé et rangé, on mange avant de partir et retournons à Nancy pendant que certains vont faire de la via ferrata à Nans-sous-Sainte-Anne. Nous déposons le matos au club et Martial me ramène chez moi, cette fois il est 16 h : ça change des retours chez soi à 22 h !

En conclusion la Baume des Crêtes était superbe, pour le Mont Ratey faudra revenir car on est loin d’avoir tout fait. Bien sûr il ne faudra pas oublier la trousse à spits, et enfin pour finir Vauvougier était sportif donc ça faisait du bien de taper un peu plus pour une fois.

Merci à Martial pour ce week-end et à tous les autres pour la bonne ambiance !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0