Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2020 > 265 - Septembre 2020 > 265.4 - Val-de-fer, acte 11 (juin 2020)

265.4 - Val-de-fer, acte 11 (juin 2020)

Pascal Houlné

Le club était sollicité par un professeur universitaire de GéoRessources, le laboratoire de recherche en géologie sous tutelle conjointe de l’université de Lorraine et du C.N.R.S.

Initialement prévue début avril, confinement oblige, nous avons dû reporter la visite.

Il s’agissait de permettre des prélèvements de minerai dans diverses strates à des fins d’analyses.

Si notre rôle consistait uniquement à accompagner les trois personnes du labo, dont un maître de conférences, dans des secteurs susceptibles de leur convenir, nous sommes, bien entendu, très intéressés par une meilleure connaissance de la géologie de la mine.

Nous décidons d’un commun accord de demeurer sur les secteurs sud, évitant ainsi de perdre du temps dans de longs trajets : les chantiers de Sivrite sont retenus, sachant que plusieurs couches sont accessibles.

Jean-Michel Guyot, Bernard Le Guerc’h, Dominique Ravailler, Christophe Prévot et Pascal Houlné composent l’équipe de l’USAN.

En cheminant les observations se multiplient pour rechercher l’endroit le plus approprié.

Un chantier retient l’attention. Il est vaste et il offre au fond une hauteur continue de 6 à 7 m grâce à l’ouverture vers une galerie du niveau supérieur :

Les travaux démarrent aussitôt et prennent beaucoup de temps. Heureusement, nous sommes à proximité d’un abri de mineurs équipé de blocs permettant de nous asseoir où nous pourrons nous restaurer une fois les prélèvements terminés.

Dans l’attente, les Usaniens commencent par l’essentiel, prendre le thé et goûter le gâteau de Bernard puis on s’occupe ; certains s’éloignent pour rechercher un autre lieu potentiellement intéressant pour l’étude, d’autres photographies et, bien sûr, nous explorons le niveau supérieur qui nous avait échappé lors de la visite antérieure du secteur en 2019.

Le toit de la galerie supérieure, qui atteint les marnes, contient énormément de fossiles : bivalves, rostres et ammonites.

La présence d’ammonites est selon les chercheurs une indication précieuse car elle permet de définir un repère précis de datation.

Tout le monde se regroupe pour le déjeuner, copieux pour certains, quelque peu frugal pour d’autres mais, comme toujours, arrosé avec sagesse avec quelques crus de nos provinces.

En guise de promenade digestive, nous visitons la galerie principale de Sivrite et ses chantiers attenants. Les rails sont encore en place ou stockés latéralement, beaucoup de tuyaux mais malheureusement aucun wagonnet. Par contre, nous explorons une belle salle d’exploitation avec un toit autoportant impressionnant par sa dimension car les deux piliers centraux conservés sont des plus symboliques.

Nos amis scientifiques sont désormais à la recherche d’une couche inférieure. L’avant-garde du groupe chemine dans les passages susceptibles de les intéresser mais sans que cela soit très concluant et il est trop tard pour s’éloigner des entrées.

Au final, une belle journée et objectif principal atteint. Chacun est satisfait et c’est le principal.

Les visites à Val-de-Fer sont désormais stoppées. Le nouveau maire de Neuves-Maisons qui vient juste de prendre ses fonctions ne semble pas très ouvert à l’accès aux galeries. Il demeurera le motif principal et initial qui est la surveillance de l’écoulement des eaux, mais ce sujet est de la compétence de la communauté de communes de Moselle et Madon et il faudra attendre de connaître l’avis du nouveau conseil communautaire sur l’intérêt porté à la récupération des eaux d’exhaure.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0