Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2003 > 56 - Avril 2003 > 56.1 - Plecotus Alpinus (pour vivre heureux, vivons caché)

56.1 - Plecotus Alpinus (pour vivre heureux, vivons caché)

Daniel PREVOT

L’étais une gentille petite chauve-souris aux grandes oreilles qui aimait vagabonder et chasser dans les airs du parc naturel régional du Queyras dans les Hautes-Alpes-, quand un soir de l’été 2001...

Ce pourrait être le début d’un conte enfantin, c’est en fait celui de l’histoire de la rencontre tragique à Ristolas dans le Queyras, dans la nuit du 24 août 2001, d’un chiroptère jusqu’alors non encore inventorié par les mammalogistes, avec la voiture de M. Favre, agent de l’O.N.F. Cette rencontre fortuite va être la cause d’un certain émoi dans le milieu scientifique qui s’est empressé de baptiser la pauvrette qui vivait heureuse dans l’anonymat le plus absolu. Fini la tranquillité, pour vivre heureux vivons cachés !

Oreillard des Alpes ou Plecotus alpinus est désormais son nom. Elle n’est plus orpheline, elle appartient désormais à la famille des Vespertilionidae. Elle a même des cousins en Lorraine : Oreillard roux ou Plecotus auritus et Oreillard gris ou Plecotus austriacus. L’autre grande famille de cet ordre animal, présente en Lorraine est celle des Rhinolophidae dont on rencontre parfois quelques représentants des 2 espèces (le Grand et le Petit Rhinolophe) dans certaines grottes.

Depuis, d’autres spécimens ont été observés ici et là, au gré des recherches dans de nombreux massifs montagneux européens à partir de 1000 m : Balkans, Alpes et Pyrénées...

La presse française a largement salué cette information le 10 février dernier en la présentant comme un événement exceptionnel et en publiant une photo portrait de l’animal. Il semble que cette espèce fréquenta peu les grottes. Le spéléologue Bertrand VALTON, dans un courriel adressé le 11 février à la liste spéléo ramène l’événement à une plus juste valeur en signalant l’existence d’un article de A. KIEFER et M. VEITH (A new specie of long-eared bat form Europe) de décembre 2001 et relatif à un adulte mâle collecté en 1972 par J. GELENCIR à Lika en Croatie...

C’est ainsi en sciences, il n’est pas toujours facile d’attribuer une découverte à une personne bien identifiée, tout au plus on arrive à la situer approximativement dans le temps.

Pour en savoir plus sur les chiroptères de Lorraine consulter le très intéressant ATLAS DES MAMMIFÈRES DE LORRAINE édité par le GEML aux Éditions de l’EST en 1993 (coût : 18 € en 1993). François SCHWAAB y décrit en 18 pages l’ensemble des 19 espèces présentes dans notre région.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0