Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2003 > 58 - Juin 2003 > 58.1 - Accès aux mines de Maxéville

58.1 - Accès aux mines de Maxéville

Daniel PREVOT

Le 1er décembre 1998 nous avons signé avec la mairie de Maxéville une Convention d’accès et d’utilisation [...] du domaine minier de cette commune.

Une visite de la mine de Boudonville à la demande de la CUGN en février dernier par le service GEODERIS, pôle de gestion des risques miniers associé à la DRIRE (cf. Le P’tit Usania n°56 d’avril), a conduit ce service à faire quelques remarques sur la facilité d’accès à ce site et les risques que cela pouvait représenter pour d’éventuels visiteurs non autorisés. Ceci a conduit la CUGN a examiner notre Convention d’accès. Elle a remarqué l’illégalité de l’article 4 qui stipule : « Les spéléologues sont autorisés à accéder à l’ensemble des anciennes ouvertures situées dans l’emprise des parcelles communales pour explorer le domaine minier ». En effet, l’abandon d’exploitation des mines de Maxéville par l’ARBED n’a concerné que la seule mine historique de Boudonville et non celle de Maxéville exploitée par La Société des Fauts Fourneaux de Maxéville qui n’a pas encore abandonné ses droits. La CUGN a donc conseillé à la commune de Maxéville de dénoncer ladite convention. En réponse à mon courrier du 22 avril dernier concernant la neutralisation de l’accès de la mine de Boudonville (qui est également le seul accès à la mine de Maxéville), monsieur BEGORRE, maire de Maxéville, m’informe le 6 mai par courrier de son obligation de résilier la convention d’accès. Il m’invite à initialiser une autre procédure afin d’obtenir les autorisations nécessaires de la Société des Hauts Fourneaux de Maxéville et de la DRIRE.

Un nouveau dossier est à élaborer.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0