Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 1999 > 08 - Avril 1999 > 08.1 - L’usine de Bellegarde

08.1 - L’usine de Bellegarde

Philippe NOWAK

L’usine de Bellegarde produit de nombreux produits et semi-produits (alliages à base de fer ou de silicium, carbure de calcium...).

Elle est constituée de plusieurs fours de réduction, appelés aussi four à arc. Chacun se compose d’une cuve de tôle cylindrique, généralement tournante, dont la dimension dépend de la puissance du four. Chaque cuve est garnie de briques réfractaires et d’une sole en carbone. Trois électrodes disposées en triangle plongent à l’intérieur : ce sont des colonnes de carbone pendues par des chaînes à des treuils. Les électrodes peuvent monter ou descendre sous l’action d’une régulation automatique afin d’assurer une marche régulière du four. Les électrodes, éléments conducteurs de l’électricité, sont alimentés sous une faible tension (de l’ordre de 100 volts) au moyen d’un transformateur spécial et réglable, alors que le courant débité est par contre très important (plusieurs dizaines de milliers d’ampères).

Chaque four est caractérisé par sa puissance de marche : elle varie selon les fours de 10 à 50 mégawatts. Cette énergie apporte les calories nécessaires à la transformation des matières premières chargées dans la cuve. Celles-ci sont admises par doses, pesées avec précision et automatiquement. Elles sont chargées dans la cuve au moyen d’une chargeuse automotrice (ou par gravité selon les fours). La composition de la charge est calculée pour obtenir par réaction chimique la composition de l’alliage recherché.

Annuellement l’usine consomme 280 millions de kilowattheures. La puissance installée est de l’ordre de 50 mégawatts. L’usine est alimentée en 42 000 V par EDF à partir du poste d’Arlod, lui-même relié au poste de Génissiat. Un contrat avec EDF assure à l’usine une fourniture d’énergie dans des conditions particulières. Le prix de l’énergie est intéressant à condition de consommer les kilowattheures pendant l’été et d’arrêter les fours l’hiver.

Le tonnage annuel des matières premières consommées à l’usine atteint 145 000 tonnes dont environ 80 % sont transportées par la SNCF. La chaux utilisée pour la fabrication du carbure de calcium est produite dans des fours à chaux situés à Génissiat, à proximité d’une carrière de 45 hectares appartenant à l’usine. Le coke et les divers autres réducteurs utilisés proviennent de l’Est de la France ou de l’étranger. Ils arrivent à l’usine par trains complets. Quant au quartz utilisé pour la fabrication du ferro-silicium, il peut provenir de France (en particulier de Dordogne) ou d’autres pays selon la pureté recherchée.

2 Messages de forum

  • 08.1 - L’usine de Bellegarde 3 mars 2008 23:44, par Patrick

    J’ai entendu dire que l’usine de Belgarde qui fabrique le carbure n’existe plus aujour d’hui pouvez -vous me renségner à ce sujet ? merci d’avance.
    PS.J’abite Oyonnax, je recherche du carbure en petite quantitée pour utilisation personel, je sais que celui de Belgarde etait de trais bonne qualitée.

    • 08.1 - L’usine de Bellegarde 13 mars 2008 11:19, par Christophe PREVOT

      Bonjour,

      Effectivement l’usine de Bellegarde a fermé vers 2004-2005.

      Aujourd’hui les spéléos s’approvisionnent en carbure, par le biais de leurs revendeurs traditionnels, dans les pays de l’Est. Expé étant un commerçant, il doit être possible à n’importe qui d’en commander... Seul souci pour un particulier : vente par 50 ou 100 kg !

      Voir en ligne : Boutique Expé en ligne

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0