Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2004 > 70 - Juin 2004 > 70.2 - Découverte fortuite de diaclases à Viterne (54) en juin (...)

70.2 - Découverte fortuite de diaclases à Viterne (54) en juin 2001

Daniel PREVOT et Alain WEBER

Dans le cadre de l’aménagement du secteur de Méréville - Neuves-Maisons une liaison rapide (D 331) est menée vers l’autoroute A.31 à Allain. Déjà réalisée jusque Maizières, cette voie est poursuivie en 2001 au niveau de la commune de Viterne en aval de la RD.974. Dans la montée vers l’ancienne carrière de Viterne cette voie nouvelle passe en déblai, recoupant ainsi différents niveaux géologiques intéressants, dont les calcaires sableux du Bajocien inférieur. A hauteur de l’intersection avec la RD.124, reliant Viterne à Germiny (cote 317), l’entreprise de terrassement constate que les bancs calcaires s’effondrent ponctuellement sous le passage des engins, laissant apercevoir un « trou profond » au profit en travers n° 26 (cf. PT 26 sur le plan).

Rapidement informés de ce fait nous nous rendons sur place le jeudi 14 juin afin de visualiser le dit trou et d’obtenir les autorisations d’accès sur le chantier. Rendez-vous est pris pour le lundi suivant 18 juin en soirée, en fin de chantier. Là, sur le fond provisoire du déblai, à environ 3,50 m sous l’ancien TN (terrain naturel), une pelle mécanique nous dégage l’accès encombré de blocs. Après un nettoyage sécuritaire des abords nous descendons dans une diaclase corrodée, ouverte de 0,50 à 0,80 m, perpendiculaire au terrassement et sensiblement orientée nord-sud. Vers 7 m de profondeur sous la plate-forme (10,50 m sous l’ancien TN) nous atteignons un colmatage d’argile brune limoneuse très compacte et relativement sèche, où nous parcourons 8 m presque à l’horizontale. La fracture se poursuit au nord en se pinçant (5 cm d’ouverture) et au sud en s’élargissant : lieu où les blocs tombés des couches supérieures obstruent le passage. Nous remontons afin de poursuivre notre investigation plus au sud, depuis la plate-forme et en pied de talus. Mais malgré les prouesses de son chauffeur la pelle mécanique n’arrive pas à dégager un orifice sécurisé dans le calcaire très fracturé à intercalations marneuses, où tout est déstabilisé par les travaux antérieurs. Une rapide reconnaissance est effectuée sur l’enchevêtrement de gros blocs, avec assurage et haute protection du godet de la pelle, car une bonne partie du talus supérieur ne demande qu’à descendre. Par sécurité les investigations sont stoppées là malgré qu’à cet endroit la diaclase est très prometteuse : elle bifurque vers l’ouest tout en s’élargissant à près de 3 m ; la profondeur y est sondée à 5 m. Nous revenons sur le site le samedi 23 juin pour un repérage de surface : localisation de 2 failles (F10 et F14) et des diaclases visibles sur près de 300 m de longueur en fond de forme du terrassement et sur les talus.

Coordonnées approximatives de la diaclase :
X = 872190 ; Y = 1104435 ; Z = 317 m (cote TN avant déblai)
Nota : azimut NL : 359°, déclinaison magnétique au 1er janvier 2002 : 1° 28’
Au droit de la diaclase, la coupe des terrains à partir du TN est la suivante :

0,00 à 0,40 m : Argile limoneuse brune.
0,40 à 1,00 m : Plaquettes calcaires avec argile sableuse brune.
1,00 à 3,50 m : Marne sableuse gris-brun.
-------------- niveau de la plate-forme provisoire
3,50 à 6,70 m : Calcaires sableux en bancs de 20 à 40 cm.
6,70 à 8,30 m : Marne sableuse brune.
8,30 à x m : Calcaire avec intercalations marneuses.

Conclusions

Les différentes diaclases du secteur n’apparaissaient pas en surface avant les travaux de terrassement qui les ont mise à jour. Ce groupe de diaclases, situé à 700 m au nord de la source de Naurupt (cote 310 environ), débute à une altitude voisine. La continuité des fractures affectant les calcaires, dans le cas présent vers 3,50 m de profondeur, n’est pas assurée dans les marnes sableuses sus-jacentes, alors que l’intercalation de marne sableuse brune (puissance 1,50 m) dans les calcaires n’enraye pas la progression des diaclases. Certaines diaclases comportent des coulées stalagmitiques parfaitement blanches et opaques dont l’épaisseur atteint 5 à 10 cm ; parfois ce concrétionnement obstrue complètement l’orifice supérieur de la fracture vers le PT 25. Dans le même secteur (PT 25 à PT 26) les parois de certaines diaclases sont plus humides que d’autres et l’eau percole à l’interface marnes / calcaire sableux (vers 3,50 m : niveau de la plate-forme provisoire). Le fond de la diaclase explorée au PT 26 n’est pas atteint et aucun écoulement d’eau n’est perceptible. La profondeur potentielle est vraisemblablement limitée au niveau du marno-calcaire, soit 16 à 17 m sous le TN (ou 6 à 7 m sous le niveau atteint) donnant ainsi des hauteurs initiales de diaclases d’environ 13 m dans le secteur exploré. Selon le pendage des couches la hauteur des diaclases se réduit rapidement vers l’ouest, et, vers l’est, peut être constante jusqu’à la faille grâce à la topographie. Au delà du PT 30 les diaclases sont moins ouvertes et souvent colmatées de limonite dans les 3 mètres supérieurs. Par ailleurs la liaison avec le réseau hydraulique du secteur est loin d’être établie.

Intervenants : Patrick LIBERT, Daniel PREVOT, Alain et Etienne WEBER.

Bibliographie

  1. BRGM, Carte géologique, Feuille Vézelise au 1 / 50 000.
  2. IGN, Carte topographique, Feuille Vézelise 3316 Est au 1 / 25 000

Viterne - Relevés des diaclases (D) et des failles (F)

Numéro

d en m

Azimut

Notes

D 1
D 2
D 3
D 4
D 5
D 6
D 7
D 8
D 9
F 10
D 11
D 12
D 13
F 14
D 15

0
21,5
4,0
8,0
5,5
2,0
20,5
6,0
21,5
6,0
35,5
13,0
5,5
19,5
14,0

358°


15°

16°
11°
12°
16°




358°

diaclase
’’
’’
’’
’’
’’
’’
’’
’’
faille
diaclase
’’
’’
faille : l = 1,5 m, r = 3 m
diaclase avec limonite

13,0

valeurs moyennes

d : distance de la station avec la station précédente
l : largeur de la faille
r : rejet de la faille

Portfolio

Plan de fracturation à Viterne (cliquer sur la vignette pour obtenir (...)

2 Messages de forum

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0