Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2004 > 73 - Septembre 2004 > 73.2 - Meuse-2004 : le ruisseau souterrain de Jean d’Heurs

73.2 - Meuse-2004 : le ruisseau souterrain de Jean d’Heurs

Christophe PREVOT

Depuis quelques temps j’ai décidé de visiter des grottes et gouffres lorrains que nous n’avons pas l’habitude de parcourir. En effet, nous avons pour habitude d’aller au Spéléodrome de Nancy (Villers-lès-Nancy / 54), aux 7 Salles et au Puits (Pierre-la-Treiche / 54), à la Sonnette ou l’Avenir (Savonnières-en-Perthois / 55) et au Rupt-du-Puits (Beurey-sur-Saulx / 55) mais rarement plus dans notre région... Après les expéditions PLT-2003 dans Jacqueline et Ste Reine (Pierre-la-Treiche) voici donc une nouvelle série de sorties dans la Meuse vers des cavités qui nous sont inconnues.

Le 14 août nous nous sommes retrouvés à 13 (Noëlle ANTOINE, Jérôme CONTAL, Pascal CUXAC, Pascal HOULNÉ, Marie MARTIN, Bertrand MAUJEAN, Alexandre et François NUS, Pascal ODINOT, Sabine VEJUX-MARIN, Cyril WIRTZ et un ami escaladeur de Sabine, Joachim GREMY) à la Maison Lorraine de la Spéléo (Lisle-en-Rigault / 55) pour parcourir le ruisseau souterrain de Jean d’Heurs (appelé aussi gouffre de la stalagmite) situé sur le territoire communal.

La topographie et la description concernant le réseau et publiées dans L’écho des cavernes meusiennes n°3 (CDS-55, 1994) en pages 102-104 nous avaient mis l’eau à la bouche : accès par 2 puits (13 m et 6 m) entrecoupés de boyaux désobstrués puis collecteur souterrain d’environ 1 000 m de long pour atteindre le fond à -34. Les coupes laissaient percevoir une galerie principale haute de 5 à 10 m et large de 1 à 2 m. Si la succession de puits et les boyaux de liaison étaient agréables, peuplées de nombreuses salamandres et autres batraciens, le collecteur était quant à lui décevant ! En fait il est très étroit sur le premier quart (30 à 40 cm en moyenne) et nécessite de souvent passer à plat, couché au fond ! Bien que s’élargissant quelque peu par la suite (1 m maximum), et qu’il soit très concrétionné, l’ensemble des murs est recouvert d’une épaisse couche d’argile particulièrement attachante qui rend la progression relativement fatigante. Pour sa part le ruisseau était à l’étiage et presqu’à sec, sauf dans les derniers mètres où 2 trous d’eau subsistaient. La visite de la cavité nous a pris environ 4h, de 12h30 à 16h40. Cette cavité reste néanmoins agréable pour une initiation, à portée de Nancy (compter 1h15 de route aller), en une petite journée.

Après être sortis nous nous sommes retrouvés à la MLS, réservée pour l’occasion par le trio des Pascal, où nous attendaient Christine HOULNÉ et le petit Vincent. Après une bonne séance de lavage du matériel dans les bacs extérieurs les NUS, Bertrand, Jérôme et Joachim sont repartis sur Nancy alors que les autres, rejoints par Anne-Marie CHOPPIN, Daniel et Éliane PREVOT sont restés pour un excellent barbecue jusqu’à 23h.

Cette journée a été l’occasion d’un reportage photo visible sur la galerie des Photos spéléo : http://photos.speleo.free.fr/catego...

Pascal CUXAC conclut ce compte-rendu par : « Le dimanche 15 août, restaient Christine, Noëlle, Vincent et les trois Pascal. Alors que la famille HOULNÉ allait faire une promenade pour profiter du soleil, Noëlle, Pascal C. et Pascal O. allaient visiter le Nouveau Réseau (Trois Fontaines / 51) que Pascal O. ne connaissait pas. Nous avons pu voir ainsi ce qu’était une rivière souterraine contrairement à la veille ! Puis retour à la MLS pour un casse croûte et le nettoyage de la maison avant le retour à Nancy. »

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0