Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2005 > 88 - Décembre 2005 > 88.02 - Note sur les états généraux de la spéléologie

88.02 - Note sur les états généraux de la spéléologie

Daniel Prévot

 Suite à l’enquête nationale sur la Spéléologie lancée auprès de la population spéléo française, la Fédération a organisé les 11, 12 et 13 novembre des journées d’analyse des réponses appelées États Généraux de la Spéléologie. Cet article ne peut en aucun cas se substituer aux Actes des EGS qui feront le point officiel des journées et seront vraisemblablement publiés en 2006. Il n’engage que son rédacteur qui ne pouvait participer à toutes les réunions qui y ont eu lieu et dont on trouvera des comptes rendus plus détaillés sur le site internet fédéral (http://ffspeleo.fr), au fur et à mesure de leurs rédactions.

 

 Les EGS étaient organisées à Méjanes-le-Clap dans le Gard (30) à moins de 12 km à vol d’oiseau au sud-est d’Orgnac en Ardèche (07). Partis, Jean-Luc et moi de Nancy, le jeudi 10 à 14 h, nous sommes arrivés au lieu des rencontres vers 20 h. Nous avons été d’emblée saisis et séduits par la qualité de l’accueil qui laissait présager une organisation exemplaire. Ce fut effectivement le cas et nous adressons un grand BRAVO à tous ceux qui ont contribué faire de ces journées exceptionnelles un événement historique de notre fédération. Ce fut réellement un super mini congrès où on pouvait aller à son gré soit dans les nombreuses réunions administratives, soit flâner dans la salle de vente de livres et matériels ou dans celle d’exposition, soit visiter les cavités équipées pour l’occasion, soit... Il semble qu’il y ait eu 332 inscriptions en tout. La Lorraine était représentée par 7 spéléos (soit environ 2,1 % des inscrits, ce qui est moins que la moitié du poids, 5 %, des fédérés lorrains dans la fédé : 350/7000) : Laurence BONDANT-PIERREFEU (ASPA-54), Thierry COLOMBO (IND-54), Dominique DUCHAMP (ASPA-54), Anne-Claire et Boris SARGOS (USAN-54), Jean-Luc METZGER (USAN-54) et Daniel PREVOT (USAN-54).

 

 Méjanes-le-Clap était autrefois constitué de quelques maisons construites autour du cimetière et de la chapelle au milieu de quelques mas épars dans la garrigue. Aujourd’hui, il est constitué d’un faux vieux village incluant le vrai, abritant 330 âmes en permanence et plus de 6 000 en période touristique. C’est un Village vacances très équipé pour l’accueil des touristes et l’organisation de semblables rencontres. Ce que n’a pas manqué de remarquer mon ami Francis GUICHARD, qui l’a retenu pour le proposer comme lieu d’organisation des prochaines journées ANAR à l’ascension 2006. En cette période de l’année, on avait l’impression d’être dans une ville fantôme, du fait de la fermeture des petits magasins, hôtels, restaurants, pizzérias et autres maisons particulières. Dans la cour d’une des villas fermées, j’ai observé un superbe mandarinier en fruits planté en pleine terre, preuve de la douceur du climat. Avis aux amateurs : la commune fait des avantages considérables aux extérieurs désireux d’y construire pour y habiter en permanence (terrain viabilisé à un prix dérisoire : quelques euros le mètre carré...).

 

 Vendredi matin avaient lieu dans divers endroits du village les réunions des commissions  : École Française de Spéléologie, École Française de descente de Canyons, École Française de Plongée Souterraine, et des Présidents de régions.

 

 À la réunion des Présidents de région, 12 régions étaient représentées par : Marc BELTRAMI (région C : Rhône - Alpes), Raymond LEGARCON (D  : Provence - Alpes - Méditerranée), Roger MIR (E : Languedoc - Roussillon), Fabrice ROSIER (F : Midi Pyrénées), Annick MENIER (G : Aquitaine), José PREVOT (K : Champagne - Ardennes), Jean-Luc METZGER (L : Lorraine), Marc BERTAUD et Angélique NAVARRO (M : Auvergne), Jean-Luc ROCH (N  : Centre), Gille COLIN (Q : Côte d’Azur), Henry LAVICTOIRE (R  : Alsace) et Jean-Luc ROUX (S : Poitou - Charentes). J’en ai profité pour faire un petit tour dans le village où j’ai découvert et admiré de splendides Micocouliers. C’est un arbre magnifique haut d’une vingtaine de mètres, parfois appelé Orme de Provence, il s’agit plus exactement du Celtis australis. Il produit des petites « cerises noires » (Æ = 1 cm environ) constituées d’un gros noyau entouré d’un peu de pulpe protégée d’une peau épaisse. Il faut goûter.

 

 Vendredi après-midi, divers forums de discussion étaient ouverts. J’ai assisté à l’un d’entre eux relatif aux actions d’initiation et de découvertes. De l’avis général, ces actions ponctuelles rapportent peu en terme de recrutement pour les clubs dont il a été rappelé que l’effectif moyen en 2005 n’était que de 12,5 membres. Il semble que la notion de « Projet pédagogique » permette mieux de recruter des jeunes.

 

 Samedi matin, j’ai assisté à un autre forum : « Les Femmes et la Spéléologie ». Il a commencé par l’exposé de l’expérience intéressante initiée par le CDS-84 (Vaucluse) qui a créé une commission Féminine (également ouverte aux hommes). Cette commission non sexiste organise 2 sorties annuelles pour les femmes, auxquelles les hommes sont invités et dans lesquelles une garderie des jeunes enfants est organisée. Le projet de cette commission est de présenter la spéléo au public féminin afin d’augmenter le nombre de femmes dans les clubs et de les emmener sous terre. En 2005, ce département compte 34 fédérées et 109 fédérés. Le taux de féminité y est donc de 23,8 %, dans notre club il est de 31,3 % (20 F et 44 H).

Le débat a ensuite été totalement squatté par une féministe (Michèle RIDON-BONARD ou : MRB) dont le but était de faire adopter par la trentaine de membres présents, une motion demandant l’instauration de quotas en faveur des femmes dans les directions des diverses commissions. Cette forme de discrimination, qualifiée par certains de positive, n’a pas été retenue. Signalons que MRB vient d’intenter un procès à la Fédération pour un problème de harcèlement - discrimination dont elle aurait été victime lors d’un stage d’initiateur en 2005. Remarquons que si le procès a lieu, il permettra peut-être de briser l’omerta régnante à l’EFS en ce qui concerne certains de ses cadres pour qui les stages sont l’occasion d’un pur faire-valoir.

 

 Vers 11 h 15 c’est la cérémonie d’ouverture agrémentée de discours et d’un apéritif suivi de la présentation des EGS. On y apprend que beaucoup de fédérations s’interrogent sur le ralentissement de l’augmentation des effectifs (en moyenne les autres fédérations ont augmenté de 1 % depuis 1986, la nôtre stagne), la baisse du bénévolat et l’augmentation de l’âge des adhérents. Ces problèmes ne sont ainsi pas la spécificité de la FFS.

 

 Une courte analyse des réponses aux 3 questionnaires largement diffusés donnent les résultats suivants :

 

Questionnaire

Réponses

% F

% H

Années de pratique

Ages moyens

Responsabilité fédérale

1

685

17

83

12,5

39

52 %

2

385

17

83

14

40

47 %

3

566

19

81

13

40

46 %

Légende :

Questionnaire : 1. La Spéléologie - la FFS et vous ?

 2. Comment mieux fonctionner ?

 3. Quel développement pour la Fédération ?

Réponses : nombres de réponses reçues pour chaque questionnaire

% F : pourcentage de réponses de fédérées

% H : pourcentage de réponses de fédérés

Années de pratique : nombres moyens d’année de pratique de l’activité spéléologique

Ages moyens : âges moyens des répondants

Responsabilité fédérale : pourcentage des répondants ayant exercé ou exerçant une responsabilité fédérale (CDS, CSR ou nationale)

 

 

 L’après-midi, trois tables rondes ou ateliers étaient organisés pour commenter chacun des questionnaires. Je n’ai bien sûr pu assister qu’à l’un d’entre eux. J’ai choisi le 2. En vrac, je vous livre mes notes :

Ø j’ai fait remarqué d’entrée que les résultats était très biaisés et donc à prendre avec précaution, en effet :

Ø cette enquête a été l’occasion pour les habituels râleurs opportunistes qui ne participent jamais aux actions fédérales dans leurs régions ou départements, de s’exprimer généralement en masse.

Ø les « globalement satisfaits » n’ont pas ressenti la nécessité de répondre à un questionnaire aussi volumineux.

Ainsi, les réponses constituent une mauvaise photographie de l’opinion des spéléos.

Ø il est rappelé la nécessité pour un club désirant bénéficier, sans surprime, de la responsabilité civile fournie par l’assurance fédérale, de compter parmi ses fédérés obligatoirement les président, secrétaire et trésorier du club.

Ø aux partisans de la politique « 1 fédéré = 1 voix à l’AG », j’ai signalé que la Fédération des Sports Équestres s’est vu retirer son agrément ministériel pour avoir refusé de mettre ses statuts en conformité avec la loi qui rend obligatoire la notion de représentation des membres à l’AG par des Grands Électeurs.

Ø il sera proposé à l’AG, que les Grands Électeurs soient désignés par les CDS.

Ø sur le site du CSR F (http://comite.speleo.midipy.free.fr), on trouvera le plan de développement de la région.

Ø Radio France Bleue souhaite être partenaire des spéléos.

 

 Dimanche matin, ce fut la réunion générale de bilan des EGS, et la lecture des comptes rendus des ateliers :

Ø on a pu noter en fonction des réponses qu’il y avait 44 % d’insatisfaits du fonctionnement actuel.

Ø 20 % des membres sont adhérents pour une année seulement.

Ø il sera proposé à l’AG la mise en place d’un système d’assurance à la journée pour des fédérés pratiquants occasionnels différent de la carte initiation.

Ø suite à ma demande il sera également proposé une cotisation et assurance fédérales en demi tarif pour les chômeurs.

 

 ANNONCE  : le prochain Congrès fédéral aura lieu à Périgueux les 6, 7 et 8 mai autour d’un colloque sur l’Archéologie souterraine.

 

 Le Président Bernard LIPS a exprimé toute sa satisfaction du déroulement de ces EGS dont il a ensuite annoncé la clôture.

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0