Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2006 > 100 - Décembre 2006 > 100.1 - Mon premier camp organisé

100.1 - Mon premier camp organisé

David Parrot

 C’est dimanche 29 octobre que nous partons pour le Vaucluse, après avoir passé le week-end dans le Doubs pour le Séminaire, nous quittons la colo ; Martial MARTIN, Cécile et moi à 13 heures en direction de Villars.

 

 C’est un joli petit village situé dans le département du Vaucluse, entouré par les fameuses carrières d’ocre. L’ocre servait principalement de colorant pour les peintures des bâtiments. Dans les carrières on trouve plusieurs couches de différentes couleurs, mais les principales sont de couleurs rouge et jaune, et en les mélangeant on obtient d’autres nuances comme l’orange, d’où les jolis dégradés.

 

 Nous arrivons à destination pour le repas du soir et déjà une partie de l’équipe est là. Au total nous sommes 5 de l’USAN (Olivier DECK, Martial MARTIN, Antoine MICHEL, Sabine VEJUX-MARTIN et moi), un membre du SC Metz (Benjamin ARMAND), un membre du SC Aubois (Dominique BACHE) et une spéléo belge (Cécile VAN MIEGHEM).

 

 A notre arrivée nous découvrons le gîte. C’est le grand luxe ! Bar, télé avec ensemble home cinéma/DVD, machine à laver, lave-vaisselle, super terrasse à l’étage qui domine tout le massif du Ventoux. Tout le monde fait connaissance avec tout le monde autour d’une bonne pizza ! Hé hop direction le clic-clac pour passer la première nuit au côté d’Antoine. (Je vous assure qu’il ronfle !) A notre levé le soleil est présent, tout le monde enfile short et T-shirt (oui oui, nous sommes bien en novembre !). Une première équipe va faire les courses pour la semaine, tandis que j’initie Benjamin, Antoine et Cécile à la confection de kits pour l’après-midi. Après une partie de cartes autour d’un jus d’orange sur la terrasse, je pars avec Antoine pour chercher du thym pendant que Martial nous concocte des cuisses de poulet accompagnées d’une jardinière de légumes. On se retrouve donc embarqué dans les carrières d’ocre à faire la cueillette de champignons !!! (des trompettes) mais où va-t-on ?! Nous reviendrons quand même avec un bouquet de thym !

 

 Petit repas rapide, et direction la commune de Banon, - Baoui ! ah ah Banon ;-) - pour explorer l’aven du Calavon (-177 m). Dominique équipe jusqu’au siphon temporaire. Le siphon est sec, donc nous passons pour parcourir un petit bout avant d’entamer la remontée. Cécile déséquipe avec moi et nous ressortons vers 19h30.

 

 Mardi 1er novembre, une petite heure est consacrée à la confection des kits pour l’Aven de Jean Nouveau (-578 m). Au total 5 kits de corde, 2 kits de survies et 1 kit avec la corde de 200 m.

Direction Sault, et nous voilà devant l’aven tant attendu. J’enfile vite la combi et le harnais et hop je commence à équiper la cavité. Elle commence par un petit puits de 10 m et me voilà sur la porte fermant la gueule béante du puits de 167 m. Un petit mickey et me voila parti, j’apprécie la descente tout en équipant. Je ne peux pas m’empêcher de repenser à la « French Technic » de C. PREVOT qu’il a effectué des années auparavant dans ce même puits (c’est une toute autre histoire dont il vous fera sans doute part). Après un bon quart d’heure de descente je prends pied à la base de ce puits où une maisonnette est installée. Sans perdre de temps je prends le kit n°1 et je me dirige vers le puits fleuri, et la descente continue, P30, P6, puits de l’huissier, puits pourri.

On profite de la salle du 14 Juillet (-245 m) pour regrouper toute l’équipe et manger un morceau.

A partir de là une équipe remonte : Antoine, Benjamin et Martial, alors que Dominique, Sabine, Cécile et moi continuons la descente pour équiper le puits du 14 juillet, puits du photographe, puits du Redan et nous terminons le kit n°3 par la tête du puits Foëter (-327 m). Puis nous entamons la remontée et le premier ressort 30 min après la 1ère équipe (devinez qui c’est ?! bin c’est bibi, ah ah ah)

 

 Mercredi 2 novembre, les 2 jeunes (Antoine et moi) sont déjà debout en attendant les « vieux » qui fainéantent au lit..., le temps de prendre un petit déjeuner et nous sommes repartis au J-N. Je me fais suivre par Olivier qui possède le kit n°5 et nous fonçons jusqu’à -327 et poursuivons l’équipement ; puits Foëter, puits de la Trempette, puits du Pendule et nous prenons pieds dans le méandre qui nous mènes en haut du puits de l’Araignée (P70) qui, la 1ère partie de la descente, donne une bonne sensation. Quelques minutes après nous nous retrouvons tous à la Salle de la Lune (base de ce puits -486 m) pour grignoter. Aussitôt je reprends le kit n°5 et je fonce pour équiper la dernière partie de cette aven, Puits des Perles, Puits Collins, Puits 9m, Puits du Lac, ainsi nous arrivons tous à -578 m (point bas de la cavité) par la descente au dessus d’un lac assez joli, orné de coulées stalagmitiques.

Nous attaquons tous la remontée, en laissant Dominique, Olivier et Sabine déséquiper. Tout le monde ressort au alentour de 20h30 et nous finissons la soirée autour de saucisses aux lentilles et à écouter les sensations de leurs 1er -500 m ou encore des exploit personnel dans cette aven.

 

 Suite à l’objectif de la semaine réussi, nous allons sillonner les carrières d’ocre des alentours, visiter la fameuse fontaine de Vaucluse et nous terminons par le village de Saint Saturnin d’Aptes où nous avons parcouru les ruines du château.

 

 Et enfin nous préparons les kits du vendredi pour explorer deux petits avens afin d’initier Cécile à l’équipement et Benjamin au déséquipement. Tout les deux sont contents d’avoir pu découvrir une nouvelle facette de la spéléologie.

 

 Nous profitons tous ensemble de notre dernière soirée et commençons le rangement du matériel. Puis nous quittons tous le gîte, Villars, le Vaucluse, samedi dans la matinée après avoir fait quelques photos souvenirs.

 

 Suite aux remerciements et l’avis de toutes les personnes du camp, je peux vous dire qu’il est plus que réussi ! Merci.

 

NDLR : la « French Technic » consiste à laisser tomber le kit (type Sherpa à réhausse) bourré de 200 m de corde de 10 mm dans le puits. Résultat : la corde se déroule très rapidement mais cela effraye quelque peu les spéléos en bas du puits... surtout lorsqu’ils sont italiens (dixit Martial).

 

Camp à découvrir en images :

Ø photos de Martial  :

http://photos.speleo.free.fr/category.php?cat=356&expand=1,320,356

Ø photos de David  :

http://sunmx.free.fr/spelpict/index.php?viewcateg=9

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0