Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne
Accueil du site > Le P’tit Usania > 2008 > 119 - Juillet 2008 > 119.3 - Rencontres ANAR 2008

119.3 - Rencontres ANAR 2008

Daniel Prévot

  L’Association dite ANAR, Association Nationale des Anciens Responsables, a vu le jour en 1980 en tant qu’association de fait, dans le but de permettre aux anciens dirigeants de la fédération de se retrouver, de maintenir les liens amicaux qu’ils avaient entre eux pendant leur mandat, voire pour certains de se réconcilier et d’oublier les querelles parfois violentes que les convictions personnelles relativement à la gestion de la fédération ont entraînées inévitablement. Cette association ne fut officialisée que bien plus tard. Les spéléos suisses puis belges firent de même, si bien qu’actuellement il existe 3 associations d’ANARs : les Français, les Suisses et les Belges. Chaque année à l’Ascension, a lieu le Rassemblement des ANARs. Ces rencontres durent 4 jours : jeudi, vendredi, samedi et dimanche. Chaque jour sont programmées 2 types d’activités : une pour les ANARs encore suffisamment alertes pour se lancer dans l’exploration spéléologique sportive de certaines cavités choisies, et une destinée aux ANARs amoindris par les ans et les accompagnants non spéléos. L’an passé je fus chargé de l’organiser en Lorraine, il eut donc lieu à la Maison Lorraine de la Spéléologie. Cette année ce furent Yves BESSET et Georges JAUZION qui l’organisèrent dans les Pyrénées à Lortet près de Lannemezan. L’an prochain il aura lieu en Belgique et sera organisé par nos amis Denis WELLENS, Jean-Marc MATTLET et la très dynamique Lucienne GOLLENVAUX.

Ce furent donc 4 joyeuses journées ensoleillées (du mercredi soir 30 avril pour les premiers arrivants au lundi matin 5 mai pour les derniers partants) que partagèrent cette année encore une trentaine d’Anartistes venus des 4 coins de l’hexagone (sic !) de Belgique et de Suisse, au gîte dit Plen Air Pyrénées de Lortet. Je recommande ce centre d’accueil tenu par un sympathique couple d’anglais et leur fils : Mr et Me Turner. Consulter également <<http://www.pleinairpyrenees.com>>. La pension complète de 41 Euros comprend la nuitée en petits dortoirs, le petit déjeuner, le casse-croûte de midi et le repas chaud du soir. 

 Jeudi 1er mai, pour le groupe des “sportifs” c’était la visite
- exploration du Gouffre de la Spuguette . Ce petit gouffre compte une belle salle à -55 m protégée par un P38 d’accès. Pour les autres, après une courte grimpette, ce fut le pique-nique au bord du Clot deras Spugos , vaste dépression d’effondrement (120m x 60 m x 30 m) que certains descendirent explorer par un chemin escarpé. L’après-midi, après une courte halte sur le site gallo-romain de Lugdunum convenarum  nous sommes allés visiter l’Abbaye de Saint Bertrand de Comminges . Sur le chemin de retour, nous nous sommes rendus à la Grotte de Coume Nere 2 . Quelques intrépides après une grimpette délicate durent renoncer à sa visite, l’entrée étant obstruée. 

 Vendredi 2 mai matin, pour tout le monde il y eut la visite guidée de la Grotte de Gargas située à proximité de Bagnères-de-Bigorre. Il s’agit là d’un sanctuaire préhistorique unique déjà signalé en 1575 par le cosmographe François de BELLEFOREST. Les grandes découvertes furent effectuées par Félix REGNAULT d’abord seul en 1906 puis en collaboration avec l’abbé BREUIL. Il est composé en fait de deux grottes distinctes séparées initialement par un bouchon d’argile retiré il y a seulement 6 ans lors du réaménagement de tout l’ensemble et son équipement en fibres optiques. Ces nouvelles installations présentent l’avantage de préserver les œuvres d’art pariétal laissées par nos lointains ancêtres il y a environ 27 000 ans. On estime que <<GARGAS est la plus ancienne grotte ornée ouverte au public. Elle est contemporaine des grottes Cosquer et Chauvet>> c’est-à-dire bien antérieure à Lascaux dont les peintures auraient été produites quelques 10 000 ans plus tard. On y distingue deux témoignages majeurs venus du paléolithique  :

des animaux gravés sur la roche par un ou plusieurs artistes ; les stries calcifiées des gravures sont si intimement intriquées que seul l’œil du spécialiste sait reconnaître les animaux représentés à travers un brouillamini de traits ; à l’accueil, on en trouve le relevé coloré (chaque animal d’une couleur différente) réalisé par un archéologue permettant la compréhension de ces gravures ; 148 figures ont été recensées constituant un bestiaire très varié comprenant des chevaux, des bisons, des cervidés, des bovidés, des bouquetins, des mammouths, des oiseaux, un sanglier, un ours, un félin, un rhinocéros et un mégacéros.

la deuxième œuvre rupestre majeure est constituée de plus de 200 mains peintes en négatif au pochoir ; les spécialistes ne sont pas d’accord sur le nombre exact de “taches” picturales devant être considérées comme des mains ; seulement 17 mains complètes sont observables, les autres étant mutilées (il y manque des doigts) ; là aussi on ignore le sens de ces mutilations : sont-ce de réelles mutilations ou l’effet de doigts repliés ? Pour avoir plus de précisions et une visite virtuelle, consulter : <<http://www.gargas.org>>.

 Pour le groupe des “sportifs” l‘après-midi, il y avait la visite en spéléo de la Grotte de La Bastide . Cette grotte est un autre sanctuaire de l’art magdalénien et aurignacien. Il fut découvert en 1932 par Norbert CASTERET qui en fait une bonne description dans son livre DIX ANS SOUS TERRE  dans lequel il narre ses aventures souterraines. Ces grottes (à La Bastide il y a plusieurs entrées) avaient déjà reçu la visite en 1897 de Armand VIRÉ, un contemporain d’Edouard Alfred MARTEL. Un de nos anciens, Daniel DAIROU, en est sorti particulièrement crotté et dut repartir vêtu d’un sac poubelle en guise de robe, en direction de la ville la plus proche s’acheter un pantalon. Pour les autres était programmé la visite touristique de la Grotte Blanche. Il s’agit là d’une grande salle très concrétionnée dans laquelle nous eûmes droit à un intéressant spectacle Son & Lumière sur l’évolution de l’homme chasseur et la naissance de sa vie spirituelle (magie, religion, rites). Un peu comme le spectacle que l’on peut admirer au Gouffre de Poudrey dans le Doubs. Notre guide nous a fait sous le porche de ladite grotte, une magnifique démonstration d’inflammation selon la méthode ingénieuse mise au point par nos ancêtres :

 1- constituer un nid de brindilles, d’herbes sèches et de chattons secs de saules,

 2- y déposer dessus de l’amadou extrait d’un Fomes fomentarius ou d’un Phelinus igniarius (gros polypores qui colonisent fréquemment les peupliers et autres arbres),

 3- frotter un silex contre un morceau de marcassite jusqu’à produire une étincelle qui commencera à faire se consumer l’amadou.

 4- entretenir ce début d’incendie en soufflant doucement dessus,

 5- le faire enfin se propager au nid jusqu’apparaissent enfin les premières flammes.

 Nous eûmes également droit à des démonstrations de jets de lance en utilisant un propulseur rigide. Certains d’entre nous s’y essayèrent avec brio. 

 Samedi 3 mai, pour tout le monde il y eut la Grotte de Medous visite sportive en spéléo pour les uns et touristique pour les autres. Ces grottes, situées à proximité de Bagnères-de-Bigorre, furent découvertes en 1948. Elles sont d’une très grande richesse minérale. Le long d’un parcours de 1 km nous avons été <<attirés et charmés par des concrétions aux formes capricieuses, des draperies, de nombreuses excentriques, des colonnes fines ou massives, d’immenses coulées calcaires ou des gours aux margelles fleuries>>. Le retour, <<point d’orgue à cette féerie>> est <<un parcours de 200 m en barque sur l’Adour souterraine>>. Pour avoir plus de précisions et une visite virtuelle, consulter : <<http://www.grottes-medous.com>>. Après le pique-nique pris dans la montagne, nous nous sommes rendus aux Grottes du Bédat à Bagnères-de-Bigorre tandis que quelques artistes noircissaient des feuilles de Canson. 

 Dimanche 4 mai, pour tout le monde était programmé le Gouffre d’Esparros une autre merveille minérale, circuit sportif ou touristique au choix. Pour avoir plus de précisions sur ce gouffre ou une visite virtuelle, consulter : <<http://gouffre-esparros.com>>. Denis, Eliane et moi sommes allés faire une petite virée en Espagne toute proche.

 Ont participé à ces journées : AUDETAT Maurice, BESSET Yves, BARTHAS Thierry, BOU Claude, COURBON Paul, DAIROU Daniel et Françoise, DERIAZ Patrick et Daniéla (SPRING), DUDAN Bernard, GUICHARD Francis et Christiane, GOLLENVAUX Lucienne, GARGUILHO Henri, GUERIN Pierre et Janine, JAUZION Georges, MATTLET Jean-Marc, MISEREZ Jean-Jacques, PALOC Henri, PREVOT Daniel et Eliane, RIEUSSEC André, ROUVIDAN Robert et Patricia (VALLADE), SCHERRER René, THERON Robert et Liliane (BESSON), WELLENS Denis, WIDMER Jean-Pierre. Soient 24 ANARs et 6 accompagnants répartis comme suit : 



Hommes Femmes Totaux

Belges 2 1 3

Français 14 6 20

Suisses 6 1 7

Totaux 22 8 30

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0