Accueil > Le P’tit Usania > 2008 > 124 - Décembre 2008 > 124.6 - A -500 dans un bidon : Camp sur le BERGER

124.6 - A -500 dans un bidon : Camp sur le BERGER

Patricia GENTIL (SC Vulcain, 69)

samedi 13 décembre 2008, par Bertrand

Participants
: : Cécile PERRIN, Sylvain CHAPAY (SC Metz), David PARROT (Kiki
initiateur et organisateur), Vlad PIEPTU (USAN), Jean-Pierre MOURIES,
Nicolas MATHIEU, SCHM), Olivier GENTE SC Aubois) et Patou

Lieu
 : Vercors, Gouffre Berger

TPST
 : 16h

Date
 : du 25 au 28 octobre 2008

Avant
 :

David,
rencontré au JB cet hiver, nous inondait de mail depuis un
moment pour cette semaine destinée à l’exploration du
gouffre Berger.

Au
final, j’ai craqué et ai posé deux jours de RTT et ai
répondu présente.


Samedi
25 octobre 2008

Je
pars de Tramoyes avec la kangoo pour récupérer Cécile
(que je ne connais pas, j’adore les spéléos, tout est
simple) chez sa grand-mère près de Voiron.

Nous
arrivons tranquillement avec la fin de l’ après midi
ensoleillée au gîte et retrouvons les gars de Nancy
(Olive, David, Vlad et Sylvain) qui sont au soleil en train de tenter
d’écrire une liste de courses !

Le
ton est donné : la météo (en grève)
annonce une dégradation pour lundi après midi, donc
l’objectif est revu à la baisse. De longues discussions
autour du Picon bière nous conduiront à définir
un équipement / déséquipement dans la foulée
et arrêt avant les coufinades.


Dimanche
26 octobre 2008

Lever
à 7h (nouvelle heure, ancienne heure ?) nous partons pour le
parking de la molière, chargement des sacs à dos, des
bouteilles d’eau, certains portent des sacs plastiques comme des
bébés (pourtant le kit c’est tellement bien...),
d’autres essaient les mares de boue en route. Le chemin d’accès
est agréable, discussion légère pendant la
route. Arrivés sur le lapiaz, la première équipe
(Cécile, Sylvain, Olive et David) se mettent en route. Nous
restons 2 h au soleil pour les laisser avancer. Ça y est,
11h30, c’est l’heure de se jeter dans le trou mythique...

Je
commence, les puits en 8 mm filent bien. Arrivés dans le
méandre, Nico me dépasse agilement et nous ne le
revoyons pas avant la fin des puits.

Ce
méandre, beau, me donne bien chaud.

Puis
les puits, et le puits Aldo : j’adore !!! en 8 mm, corde sèche
qui fait « pschhh » quand on croise une partie humide...hum
hum, et dire que nous allons remonter à 8 dessus... Nous
retrouvons les autres à la confluence de la galerie de la
boue, je m’arrête avec eux pendant que le reste de la 2eme
équipe continue. Olive et moi allons visiter la galerie
annexe, il trouve un nouveau chemin (oui enfin il se perd, et fait un
beau détour...) pour aller au lac Cadoux (à sec) et me
retrouve en arrivant par l’entrée de la galerie alors que je
le crois encore au fond... Nous nous mettons en route et traversons
le grand éboulis en suivant le chemin des explorateurs, c’est
sur !! J’arrive rouge comme une tomate à la fin de cette
salle. Direction tous ensemble la salle des 13 : waouh ! c’est
quand même bien...

David
reste à faire des photos, nous continuons, Olive s’arrête
au vagin, Cécile, Sylvain et moi faisons demi-tour à
l’entrée du vestiaire. A la salle des 13, David a monté
une cabane, et pour y passer le temps, nous faisons des expériences
photographiques d’où sortira la future grande œuvre « 
à -500 dans un bidon... ».

Olive
et moi nous portons volontaires pour déséquiper, JP et
Nico restant un peu devant. Au retour, Olive et moi découvrons
le chemin sympa en bord du grand éboulis !! La galerie de la
boue qu’il ne fallait pas prendre : nous y sommes allés,
assez peu ...

Le
déséquipement nous prend du temps, nous commençons
à être fatigués du décalage horaire, et
ces plaquettes sont vissées tellement fort !!

Entre
les deux méandres, nous retrouvons JP et Nico transis de
froids qui prennent le relais devant notre lenteur... Ils se
tromperont dans le méandre, et avec 3 kits pour 2 c’est pas
drôle...

Nous
sortons sans encombre vers 4h du mat. Il ne fait même pas très
froid, la journée a du être belle.

Nous
nous répartissons les 5 kits pour 4...et nous mettons en route
 : bonne nouvelle, le chemin est super bien balisé pour la
nuit, par contre, je ne m’étais pas rendu compte que nous
avions descendu des pentes à l’aller, il faut maintenant les
remonter...

Des
pauses à 5h du mat dans la prairie, et j’y aurais fini ma
nuit sans l’équipe pour me remettre en route...

Enfin
la voiture, la lune est magnifique, le jour point à l’horizon...
Ne pas s’endormir au volant, acheter des croissants,
débriefer
autour
du thé et aller se coucher, voilà, c’est fait, c’est
grand, ça décalque un peu, mais c’est tellement
super... Maintenant, j’ai vu qui était ce Berger, je peux
lui mettre des images dessus, et il me reste à y retourner
pour aller voir après le vestiaire...


Lundi
27 octobre 2008

Petite
journée de rangement avant la pluie, balade à l’entrée
de la glacière d’Autrans sous la pluie, papotage.


Mardi
28 octobre 2008

J’abandonne
l’équipe pour rentrer à Paris via Tramoyes, fin du
long WE qui m’aura laissé de supers souvenirs, de nouvelles
idées de sorties, de nouveaux amis, et long compte rendu, mais
pour ma première sortie au Berger, c’est le minimum...

Patou