Accueil > Le P’tit Usania > 2021 > 277 - Septembre 2021 > 277.3 - Collecteur du Verneau par la Baume des Crêtes

277.3 - Collecteur du Verneau par la Baume des Crêtes

Olivier Gradot

samedi 9 octobre 2021, par Bertrand Maujean

Début mai 2021, le déconfinement
3.0 approche. Après 5 week-ends consécutifs à travailler au local
nous avons hâte que la limite des 10 km soit levée pour
retourner sous terre et nous réfléchissons donc à une sortie pour
le week-end des 8 et 9 mai.

La première idée retenue est
d’aller dans le collecteur du Verneau via les Biefs, de passer le
siphon des Patafoins et ensuite d’aller voir la galerie des Titans.
La météo pluvieuse de la semaine rendra impossible cette sortie :
en effet, même si une grande partie du collecteur devrait être
praticable, le tube en U par lequel nous serons obligés de passer
siphonnera. Du coup partie remise pour la galerie des Titans. Le plan
B que propose Théo est d’aller rejoindre les fonds les plus
éloignés du gouffre de Vauvougier pour tenter de continuer,
l’escalade du puits de l’Espoir au-delà de là où les derniers
explorateurs s’étaient arrêtés. Théo part sur une sortie de
20 h mais je le connais et quand il dit ça c’est plus du
25 h… Le jeudi avant le week-end je me lève avec le dos en
vrac à la suite de quelques journées passées dans des positions
pas optimales au travail et je dis à Théo qu’en l’état je ne
suis pas chaud-bouillant pour trimballer des kits dans les méandres
de Vauvougier. Finalement comme la météo du week-end est prévue
bien ensoleillée, nous nous accordons pour une session
Verneau
via la
Baume
des Crêtes

pour aller jusqu’au siphon menant vers le gouffre de Jérusalem et
comme il serait idiot de profiter du beau temps nous passerons la
nuit sous terre et ressortirons le dimanche en fin de matinée.

(Finalement, mais nous ne le saurons
que plus tard, nous avons ainsi évité de tomber sur le
secours
au gouffre de Vauvougier
,
opération qui aurait été en pleine séance de désobstruction à
l’heure planifiée pour notre retour. J’en profite pour saluer
ici le travail énorme abattu par les équipes de secours pour
ramener la victime à la surface, bravo et bon rétablissement à la
victime.)

Samedi 8 mai, Théo et moi avons
passé le vendredi soir et la nuit au local, nous préparons le
matériel spéléo et les combis néoprène en attendant Thomas qui
nous rejoint vers 6 h 30, couvre-feu oblige. On fait un
dernier contrôle du matériel et des vivres, on charge son camion et
à 7 h 30 nous partons en direction du Doubs sous un beau
soleil. Nous faisons une pause sandwich près de Besançon et
arrivons sur les hauteurs de Déservillers peu avant 11 h. Nous
nous garons sur le bord du champ où se trouve l’entrée du gouffre
et profitons du luxe inouï de nous équiper au chaud et au soleil,
ça change des ‑10° C de janvier dernier. Une fois prêts
nous entamons notre descente, je me charge de l’équipement.
Arrivés à la salle du Réveillon où nous bivouaquerons nous
laissons nos kits de vivres et de couchage ce qui nous déleste bien.
Nous continuons notre parcours et arrivons rapidement à la salle du
Carrefour où nous enfilons nos néoprènes, Théo (qui comme
d’habitude a besoin de se faire remarquer) nous montre sa toute
nouvelle combi néoprène de chasse sous-marine qui est munie d’un
accessoire certes d’une grande utilité mais d’un visuel
particulièrement louche : une « poche à bite » qui
dépasse de sa combinaison tel le dard d’un frelon et qui lui
permet de ne pas avoir à enlever sa combinaison pour uriner.
Heureusement une fois les deux pièces de la combinaison mises,
l’accessoire étrange n’est plus visible. En tout cas nous en
rigolons bien et je ne sais pas encore que je serais jaloux de lui
plus tard car comme nous l’avons déjà décrit dans les numéros
précédents du P’tit Usania : pisser dans sa combi
néoprène est une mauvaise idée et encore plus si l’on compte
bivouaquer sous terre ensuite !

Nos tenues enfilées nous enquillons
sur la galerie des Chinois, ça fait du bien de se remettre à l’eau,
ça nous avait manqué ! Nous sommes tous de superbe humeur et
avançons bien tout en rigolant du flot ininterrompu de conneries et
boutades qui sortent de nos bouches. Quelques voûtes mouillantes et
ressauts plus tard nous voici en haut du collecteur : ô
surprise ! Le niveau d’eau n’est pas aussi haut que nous le
pensions dans la zone de décantation avant le siphon aval, on va
avoir pied sur une bonne partie de la zone nous séparant de la
première petite cascade… Zut, et moi qui avait rapporté ma
bouée !

Nous rejoignons le collecteur et
d’entrée c’est du beau paysage avec la grande cascade qui
s’écoule juste à côté de nous. Nous partageons un
Twix
et partons en direction de la zone amont. Les crues de la semaine
sont passées, mais le niveau d’eau est loin de l’étiage et nous
profitons d’une belle ambiance aquatique durant notre parcours. Le
passage des cascades qui est équipé en fixe est toujours aussi
splendide. Aux deux cascades suivantes c’est Théo qui se colle à
l’escalade (que j’aurais perso fait assurer, mais bon il avait
l’air sûr de lui...) et nous installe une
cordelette
5 mm

pour assurer notre montée, ça crache bien : l’ambiance est
très canyon. Thomas craquera : le bruit de l’eau vive aura eu
raison de sa capacité à se retenir et devra s’infliger le plaisir
d’enlever et remettre sa néoprène pour pouvoir uriner.

Nous arrivons ensuite à la superbe
salle du Sinaï dans laquelle nous montons pour profiter du confort
des grandes dalles pour nous faire une pause Balisto. La fin
du parcours dans le collecteur est d’une autre ambiance, le bruit
de l’eau est plus calme, les plafonds sont bien moins hauts
qu’avant et il n’y a plus de cascades, c’est de la promenade.
Nous arrivons au siphon, on en profite pour se faire une photo de
groupe avec le téléphone portable de Théo qui s’est d’ailleurs
chargé de photographier l’ensemble de notre parcours (honnêtement
la qualité des photos que l’on peut prendre avec certains
téléphones sous terre m’impressionne). Notre ami
spéléo-photographe Yann Gardère m’avait déjà surpris de ses
résultats, mais jusqu’à il y a peu de temps nous étions frileux
de les emmener sous terre… La sortie au JB m’aura finalement
convaincu, j’ai été très satisfait des photos prises avec mon
téléphone, sous réserve d’être un peu soigneux les téléphones
actuels sont compatibles avec la spéléo et ne craignent pas un peu
d’eau. Nous allons ensuite jeter un coup d’œil dans la galerie
quasi-fossile toute proche qui remonte un peu, c’est fou comme
l’ambiance y change, plus de bruit d’eau, c’est quasi sec et la
galerie fait penser à certaines cavités d’Ardèche, une escalade
réalisée dans le passé dans l’une des cheminées de la galerie
avait mis en évidence la présence de moustiques sans toutefois
faire jonction avec la surface. Nous remarquons aussi la présence de
guano au sol, de toute évidence les chauves-souris ne passent pas
par le collecteur pour arriver là. Il y a certainement quelque chose
qui mène vers la surface depuis cette galerie. Si un jour le passage
est ouvert aux spéléologues cela fera sans aucun doute une superbe
possibilité de traversée.

Arrivée à notre objectif nous
faisons demi-tour, le cheminement dans le collecteur nous semble bien
plus rapide qu’à l’aller, nous descendons les deux cascades en
rappel, repassons par celle équipée en fixe. Thomas, surexcité,
passe tous les bassins profonds en se jetant littéralement dedans
comme un gamin ferait la bombe et fait de la brasse même quand il a
pied, il semble très satisfait de l’aspect aquatique de la sortie.
Rapidement nous voilà de retour au puits menant à la galerie des
Chinois. Le niveau de l’eau a encore baissé depuis notre arrivée
dans le collecteur. Avant de remonter nous nous amusons un peu avec
notre bouée et prenons des photos de nous assis dedans tels des
stars dans leur piscine privée.

Je remonte en premier, pendant ce
temps Théo et Thomas vont jeter un œil vers la zone du siphon aval
(jonction Biefs Boussets) et Thomas comprendra que nous ne mentions
pas en disant que cette zone est bien boueuse.

La remontée dans les Chinois se
fait rapidement, de retour à la salle du Carrefour nous enlevons nos
néoprènes et je peux enfin uriner après bien 3 h à me
retenir : ouf ! Théo lui n’a pas eu ce problème, son
accessoire pipi n’est certes pas super design mais il est tout de
même bien pratique.

Trois quarts d’heures plus tard
nous voici de retour à la salle du réveillon, il est presque 22 h
et nous avons faim ! On enlève nos combinaisons mouillées et
les étendons sur une corde pour qu’elles sèchent durant la nuit,
on enfile nos chasubles, je bénis mes amis de me prêter une paire
de chaussettes sèches (ne jamais oublier ça en bivouac), nous nous
asseyons sur des blocs de roche autour de la table en pierre et
allumons nos bougies grosses mèches « maison » pour nous
réchauffer avant de trinquer et nous faire plaisir avec des chips,
de l’emmental et du saucisson coupé en tranches épaisses. On se
met un peu de musique (luxe aussi possible quand on a son téléphone
sur soi) et nous passons notre soirée à rigoler en nous racontant
des conneries. Vers 3 h du matin nous décidons qu’il est
temps de nous coucher, Thomas se cache dans son duvet jaune à
oreilles qui lui donne un look Télétubbies, Théo se
fabrique une cabane avec matelas en corde, housse de matelas en
couverture de survie et toiture ossature corde et tuilage en bâche :
il a l’air particulièrement content de son refuge improvisé !
Moi je ne m’emmerde pas : je m’installe sur ma bâche et mon
matelas gonflable et une fois dans mon cocon chaud je m’endors
rapidement en pestant sur mon satané oreiller gonflable (enfin
surtout gonflant) qui ne fait que se barrer quand je mets ma tête
dessus (l’option oreiller « scratchable » sur le
matelas n’est pas inutile du tout avec du recul).

Dans la nuit je suis réveillé par
un bruit de « pluie de pierres » qui vient de la grande
salle d’entrée, j’essaye de réveiller les autres mais ils ne
réagissent pas. Deux nouvelles « pluies de pierres »
encore plus impressionnantes se font entendre puis le silence est de
retour. Il n’aurait pas fallu se trouver sous ces dernières… Ici
sous la grosse dalle de la salle du Réveillon nous sommes bien à
l’abri mais je note qu’il faut bien choisir ses endroits de
bivouac. Décidément les chutes de pierres me suivent, entre le
rocher sur le pied à la Sonnette en automne dernier et le gros bloc
qui s’est détaché du puits aux Ordons en février…

Il est 10 h du matin quand je
me réveille, je fais chauffer de l’eau et réveille les autres. On
se réunit autour du réchaud tels des scouts autour d’un feu de
camp et Théo ramène le Grall, alias la grosse brioche au chocolat
qui nous faisait déjà envie hier soir. Je me prépare mon café et
m’apprête à savourer ma première gorgée… que je regrette
vite… sur le coup je pense avoir réchauffé l’eau savonneuse que
Théo utilise pour faciliter son habillage en néoprène mais non,
c’est bien l’eau de notre bidon… au final je me rappelle avoir
laissé mon gobelet pliable en silicone tremper quelques heures dans
de l’eau avec du
Paic
Citron
pour le laver
après les derniers bivouacs… c’était une mauvaise idée…
Thomas n’aimant pas le sucré s’envoie trois
Yum-Yums
dès le réveil pour ses
AJR
en
E
divers et variés. Théo et moi, après avoir fini la brioche,
finissons le pain et le pot de rillettes (c’est plutôt hardcore
comme petit déj), Thomas refuse de manger des rillettes avec nous
(pas assez de E à son goût... vraiment aucun goût culinaire ce
type... déjà qu’il n’aime pas les tacos « trois
animaux » !?!). Je raconte l’histoire de la chute de
pierres : Théo n’a rien entendu mais Thomas confirme la
chose. Théo que rien n’impressionne jamais, dira (d’un air
qu’est ce que ça peut me foutre tes histoires de pierres) :
« Pas étonnant dans une salle d’effondrement »…
N’empêche qu’il ne faut pas être au mauvais endroit au mauvais
moment…

Gavés comme des oies nous enkitons
toutes nos affaires et remontons, je déséquipe le puits d’entrée,
dehors c’est gros soleil : cool ! On se change rapidement
car il est déjà 14h ! En reconnectant nos téléphones nous
apprenons avec surprise qu’un secours est en cours à Vauvougier
derrière l’étroiture et on se dit que le passage de cette
dernière pour la civière va nécessiter un sacré boulot, une page
se tourne pour ce gouffre qui va perdre un passage qui lui donnait du
charme mais c’est pour la bonne cause… en tout cas, comme nous
connaissons bien le trou, nous savons que la victime n’est pas
encore dehors...

Comme nous sommes juste à côté,
on décide d’aller voir l’entrée du gouffre de Jérusalem, le
ruisseau du Verneau qui s’y jette est faiblement actif. Tout à
coup Théo remarque un truc qui bouge dans les falaises et qui se
rapproche de nous. Au début je pense que c’est un gros chat
sauvage mais quand l’animal est plus proche je reconnais un lynx !
Waouh ! Après s’être approché et nous avoir fixé droit
dans les yeux l’animal s’enfuit dans la forêt, belle cerise sur
le gâteau pour finir ce week-end ! Contents de cette belle
rencontre nous rentrons vers Nancy où nous lavons le matériel avant
de nous séparer. Pour une reprise, c’était une sympathique
sortie, vivement les prochaines !

Photos sur :
https://www.flickr.com/photos/olivier_gradot/albums/72157719245270850

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)