Accueil > Le P’tit Usania > 2022 > 289 - Septembre 2022 > 289.3 - Sur la route des 66

289.3 - Sur la route des 66

Jean-Michel Guyot

jeudi 1er septembre 2022, par Bertrand Maujean

Un ‑500 pour cette journée exceptionnelle.

Le matin, la lune cachée derrière un nuage, nous regardait avec un sourire en croissant. Tout avait commencé par une envie dévorante d’y aller voir au moment de la construction de cette cavité anthropique dans les entrailles de Bure. Je connaissais du monde qui y travaillait, mais sans succès pour y accéder. Encore une fois, j’étais relancé sur ce sujet. Je m’inscrivais sur le site d’une manière anonyme, enfin presque, au début oui.

Après un pique-nique avec Brigitte dans un lieu à proximité du site d’enfouissement de l’Andra, situé dans le Barrois, au côté d’un ancien lavoir, nous y étions pour 13 h. Avec un accueil café-croissant tout se présentait bien. Dans ce créneau, nous étions une douzaine de clients. Pas n’importe quels clients, tous sur le qui-vive, les organisateurs s’attendaient à l’arrivée du maire de Ligny-en-Barrois, mon homonyme. Une personne qui le connaissait bien, venait vérifier sa présence dans la composition de mon groupe. Non, il n’est pas là. Quelle déception...

Je le clamais haut et fort, la date de ce jour était la même que sur ma carte d’identité. J’ai eu droit à un petit cadeau offert par la cheffe du site.

À la suite de quelques cafouillages, le groupe est dédoublé en 8 et 8bis pour une répartition dans les ascenseurs. Avec notre jeune guide, on est cinq personnes âgées pour aller s’équiper de notre côté en chaussures, casque et frontale, appareil respiratoire et badge d’accès. Au puits de descente, nous dévalons en 5 minutes pour atteindre le niveau de stockage profond à ‑500 mètres dans une couche géologique sédimentaire d’argilite du callovo-oxfordien (environ 160 Ma), je leur dis « en temps normal, on les aurait descendus à la corde », pour les remonter, l’ascenseur, même étroit, c’est pas mal. En bas, la visite des galeries en béton, bourrées de capteurs, de détecteurs, de tuyaux au plafond, de câbles aux murs, s’effectue à pied. Les travaux sont suspendus pendant cette journée porte-ouverte. Bon d’accord, la porte même ouverte est loin, d’où l’utilité des cellules survie en cas de couac. Ici, on a du mal à s’imaginer que les Alpes ont une action directe en fonction de l’orientation du creusement des galeries.

En fin de visite, je repars agité comme un électron libre avec mes 66 ans révolus. Merci à notre guide, et à tout le personnel bien sympathique.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)