Union Spéléologique de l’Agglomération Nancéienne

Accueil > Le P’tit Usania > 2020 > 266 - Octobre 2020 > 266.3 - Formation Équipement

266.3 - Formation Équipement

Christophe Prévot

mardi 13 octobre 2020, par Bertrand

inter-ideograph'>Septembre,
c’est la rentrée, la reprise des activités et l’occasion pour tous de se
perfectionner et d’apprendre à équiper avant les stages d’automne et les
sorties de terrain.

inter-ideograph'>Le
dimanche 13 septembre j’ai donc proposé une sortie Équipement au
<span
style=''><a
href="https://fr.wikipedia.org/wiki/Sp%C3%A9l%C3%A9odrome_de_Nancy"><span
style='font-family:"Comic Sans MS";'>Spéléodrome<span
style='font-family:"Comic Sans MS";'>. Trois volontaires
étaient disponibles ce jour-là : Océane et Fabien pour poursuivre leur
formation à l’équipement et Sylvie R. pour remettre le pied à la pédale et
retrouver le milieu souterrain après plusieurs mois d’arrêt à la suite d’une
blessure puis du confinement.

inter-ideograph'>14 h,
nous voici au local pour reprendre les bases de l’équipement : pourquoi on
pose une corde, quelles obligations, comment on progresse en équipant, puis
petite séance de réalisation de nœuds.

inter-ideograph'>16 h,
nous partons en direction du Spéléodrome, chacun ayant un kit avec cordes et
amarrages. Arrivés au puits de Clairlieu, Océane et Fabien commencent
l’équipement, l’un par le haut le long de la structure, l’autre directement sur
la « rambarde ». Une dizaine de mètres plus bas, fractionnement et
entrée dans la galerie de liaison avec le puits de Saint-Julien. Parvenu au
puits, Fabien se lance dans l’équipement de la vire puis descend jusqu’à la
vire inférieure et pose un fractionnement. Pendant ce temps Océane équipe en
double le début de la vire puis descend jusqu’en bas. Sylvie et moi suivons et
nous voici tous à la base du puits. Pour Sylvie et Fabien c’est une première au
Spéléodrome aussi nous décidons de repartir vers le puits de Clairlieu par le
collecteur. C’est l’émerveillement face aux gours, perles des cavernes, coulées
stalagmitiques et stalactites d’une blancheur immaculée. Au puits de Clairlieu
nous observons le bassin artificiel créé en son temps pour étudier les
variations de niveaux d’eau entre la galerie captante (eau issue de la
percolation de la nappe phréatique) et l’arrivée d’eau aérienne (tuyau qui
apporte l’eau du bassin de décantation en surface, en lien avec l’ancien étang)
à l’aide de limnigraphes par le
<a
href="http://speleodrome54.free.fr/"> '>groupe d’étude du Spéléodrome
<span
style='font-family:"Comic Sans MS";'> (Noëlle Antoine, Pascal
Cuxac, David Parrot et Pierre Revol). Une quinzaine de <span
style=''><span
style='font-family:"Comic Sans MS";'>Niphargus
<span
style='font-family:"Comic Sans MS";'> sont présents, dont
certains de taille spectaculaire : dans quelques années nous aurons là de
vraies crevettes comestibles ! Juste à l’arrivée d’eau (un mince filet en
cette période de sécheresse) il y a un petit nid de <span
style=''><span
style='font-family:"Comic Sans MS";'>Cæcosphæromas
<span
style='font-family:"Comic Sans MS";'>.

inter-ideograph'>Nous
décidons de poursuivre un peu dans la galerie amont pour profiter des beautés
calcitées du Spéléodrome. C’est aussi l’occasion de repérer la galerie pour Océane
et Fabien qui vont faire leur premier guidage de groupe à l’occasion de la
Journée du patrimoine souterrain le 20. Puis c’est le retour au puits
Saint-Julien, le déséquipement et le retour au local vers les 20 h, où
tout le groupe exprime son contentement de cette sortie !